Fermer

Mauritanie: l'armée algérienne restitue les dépouilles de 3 orpailleurs

Mise à jour le 17/10/2017 à 13h02 Publié le 17/10/2017 à 12h06 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
orpailleurs
© Copyright : DR

#Algérie : L'armée mauritanienne a réceptionné la semaine passée les dépouilles de trois orpailleurs abattus il y a plusieurs jours par les forces algériennes, rapporte la presse locale.

Jeudi dernier, l’armée mauritanienne a réceptionné les dépouilles de trois orpailleurs abattus par les forces algériennes, rapporte lundi la presse locale mauritanienne.

Il s’agit «de trois personnes tuées par balles au cours d’une infiltration dans une zone interdite à la recherche d’or. L’armée algérienne a tiré sur leur véhicule, un tout terrain de marque Toyota Land Cruiser repéré dans le triangle de la mort. Aucun des trois occupants du véhicule n'avait survécu», écrit le site d’informations en ligne arabophone «Maraabi médias».


LIRE AUSSI: Mauritanie: Alger libère 29 orpailleurs mauritaniens

Citant des sources anonymes, le même organe ajoute «deux corps ont été identifiés: un Mauritanien du nom de Cheikh Ahmed et un Soudanais nommé Jibril Mohamed. La troisième dépouille n’a pas été identifiée. Une ambulance a transporté les trois corps à la morgue de l’hôpital régional de Zouerate (Nord de la Mauritanie)», ajoute le même organe.

La restitution de ces corps a été confirmée par une autre source, qui précise que l'incident s’est produit il y a plusieurs jours.


LIRE AUSSI: Mauritanie: série d'arrestations et pluie d’amendes contre des orpailleurs clandestins

Théâtre de multiples activités liées au crime transfrontalier, la zone désertique qui sert de  frontière entre l’Algérie, la Mauritanie et le Mali, est un endroit extrêmement dangereux, selon les avis concordants de nombreux spécialistes de la sécurité.

Nouakchott et Alger, qui envisagent d'y ouvrir un couloir pour développer les échanges commerciaux, devront faire des efforts gigantesques au plan sécuritaire pour atteindre leur objectif, notent les observateurs.

Le 17/10/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya