Fermer

Vidéo. Algérie: un million d'emplois menacés dans le secteur du BTP

Mise à jour le 11/05/2017 à 19h06 Publié le 11/05/2017 à 18h36 Par Mar Bassine

#Economie
Algérie: Un million d'emplois sur la sellette faute de commandes publiques
© Copyright : DR

#Algérie : L'Etat dont les caisses sont vides a cessé de passer commande et de payer les factures. L'Association nationale des sociétés algériennes (ANSA) estime que plus de 2.000 entreprises du secteur du BTP connaissent de sérieuses difficultés financières.


Rien ne va plus du côté d'Alger. Les entreprises du bâtiment et des travaux publics (BTP) et du secteur de l'habitat (BTP-H) mais aussi des dizaines de milliers de PME artisanales pourraient licencier jusqu'à un million de personnes, faute de commandes publiques. C'est Nabil Hedjari, le vice-président de l'Association nationale des sociétés algériennes (ANSA) qui en fait la confidence, sur les ondes de la radio nationale algérienne. 

Selon lui, 60% des 3.500 entreprises du secteur du BTP-H sont confrontés à de sérieuses difficultés financières. Ce sont donc quelque 2.100 entreprises qui risquent de se séparer de près d'un million de salariés. Non seulement il n'y a plus de commandes publiques, mais en plus, l'Etat ne paie plus les factures qui lui sont présentées. Résultat: c'est la Bénézina dans l'ensemble de ce secteur qui ne devait son dynamisme des dernières années qu'aux cours élevés du pétrole. 


LIRE AUSSI: Algérie: l'insolvabilité de l'Etat a fini par asphyxier le géant du BTP Cosider


En attendant, face à cette situation, le Premier ministre Abdelmalek Sellal propose des solutions de fortune. Les entreprises de BTP-H bénéficient d'un moratoire pour le paiement de leurs impôts, comme concernant les intérêts de retard y afférents. Il en est de même pour les charges sociales qu'elles peuvent cesser de payer en attendant, suivant les délais prescrits par la loi algérienne. 

Evidemment ce ne sont pas ces mesurettes qui sauveront les entreprises de la faillite. Ce qui aurait pu les sauver c'est que les caisses de l'Etat se remplissent à nouveau. Or ce pas demain la veille que les cours du pétrole atteindront les 70 dollars nécessaires pour refaire de l'Algérie un nouveau riche. 
Le 11/05/2017 Par Mar Bassine