Fermer

Algérie. Officiel: la dangereuse option de la planche à billets

Mise à jour le 07/09/2017 à 12h55 Publié le 07/09/2017 à 11h51 Par Mar Bassine

#Economie
dinars algériens
© Copyright : DR

#Algérie : Visiblement pris à la gorge, Alger a choisi, en Conseil des ministres, hier mercredi, la dangereuse option de faire fonctionner la planche à billets afin de financer le Trésor. C'est ce qui avait précipité le Zimbabwe en 2000 et le Venezuela en 2015 dans une hyperinflation, puis dans l'abîme.

Au Zimbabwe, grand ami de l'Algérie, en 2000, le prix d'un yaourt acheté est passé du simple au double en l'espace d'un mois seulement. Depuis 2015, au Venezuela, autre allié inconditionnel d'Alger, beaucoup de biens ont disparu des pharmacies et des supermarchés faute de devises pour les importer et de suffisamment de bolivars pour les acheter. C'est visiblement vers ces deux scénarios que se dirige l'Algérie. 

Hier mercredi 6 septembre, le gouvernement algérien a décidé de faire amender la loi sur la monnaie et le crédit, en introduisant un changement des plus dangereux pour l'économie d'un pays. Selon un communiqué émanent de la présidence de la République algérienne, le projet d'amendement veut introduire la possibilité de "financement non conventionnel au profit du Trésor". 

Concrètement, cela veut dire qu'au lieu de compter sur les revenus du pétrole devenus subitement insuffisants, l'Exécutif demandera à la Banque centrale d'Algérie de créer de la monnaie au profit du Trésor qui pourra ainsi payer les fonctionnaires et financer la commande publique grâce à cette monnaie de singe.


LIRE AUSSI: Algérie: le dinar devient une monnaie de singe sur le marché noir 

En fonction de l'ampleur du recours à la planche à billets, cette décision aura pour conséquence immédiate une augmentation de la masse monétaire en circulation et une imparable inflation, suivie d'une forte dépréciation du dinar. En effet, la monnaie créée pour le "financement non conventionnel du Trésor", n'aura pas de contrepartie économique réelle. Du coup, cela créera un déséquilibre entre l'offre et la demande sur le marché monétaire. 

Aujourd'hui, la question qui se pose est de savoir si l'Algérie risque ou non de connaître le même scénario que les pays amis que sont le Venezuela et le Zimbabwe. Il est clair qu'il y aura une inflation. Cependant, tout dépend de l'aversion des dirigeants algériens à recourir à la planche à billets.

Si les prix du pétrole continuent sur leur tendance actuelle, peinant à passer au-dessus de la barre des 50 dollars, le gouvernement n'aura d'autre choix que d'aller au-delà du raisonnable. Il faut rappeler qu'en cinq ans, le gouvernement a complètement épuisé le Fonds de régulation des recettes (FRR). Ce FRR qui était de 7.912 milliards de dinars algériens, soit 71,9 milliards de dollars en 2012, est passé à 740 milliards de DA en fin 2016, soit à peine 6,8 milliards de dollars. Et aujourd'hui, le gouvernement a déjà raclé les fonds de tiroirs. 

Cela veut dire que la planche à billets pourrait être activée à un rythme au moins similaire, soit une création en dinars de l'équivalent de près de 15 milliards de dollars annuellement. Cela mènera forcément le pays à la ruine et vers une crise aux conséquences similaires à ce qui s'est passé au Zimbabwe en 2000 ou dans le Venezuela de Maduro. Au début des années 2000, Robert Mugabe a été obligé d'abandonner sa propre devise pour adopter le dollar américain et le rand sud-africain comme uniques monnaies valables dans le pays afin de redonner confiance aux partenaires étrangers et aux Zimbabwéens, au terme d'une quinzaine d'années de réformes douloureuses.

Au Venezuela, encore aujourd'hui, les pharmacies ne peuvent pas disposer des médicaments dont le pays à besoin, les enfants n'ont pas tous accès au lait et les automobilistes garent leurs voitures, faute de devises.

Les autorités algériennes doivent savoir qu'il n'y a pas pire scénario pour un pays qui importe la quasi-totalité de ses besoins que de subir une hyperinflation. Le pire est à craindre. 
Le 07/09/2017 Par Mar Bassine