Fermer

Algérie: un marché juteux pour le monsieur "scandale" de l'automobile algérienne

Mise à jour le 28/11/2018 à 12h09 Publié le 28/11/2018 à 11h33 Par Mar Bassine

#Economie
véhicules
© Copyright : DR

#Algérie : Par le passé, Mahiedine Tahkout avait déjà grugé l'Etat algérien en prétendant avoir mis en place une chaîne locale de montage de véhicules, alors qu'il n'en a rien été. L'homme d'affaires vient de décrocher un juteux marché auprès du ministère de l'intérieur...

En dépit du scandale soulevé par la fausse usine de montage de voitures, révélé au grand jour il y a deux ans, voici que l'homme d'affaire Mahiedine Tahkout décroche, l'un des plus juteux marchés publics, concernant cette fois-ci la vente de centaines de véhicules. 

En effet, le ministère algérien de l'Intérieur a en effet offert ce marché, visant à doter les 1541 communes du pays de véhicules, à la marque Hundaï, dont le concessionnaire en Algérie n'est autre que Tahkout. Le ministre de l'Intérieur, Noureddine Bedioui, a en effet déjà signé à cet effet un accord avec Mahieddine Tahkout.  .

D'après la presse algérienne, le ministre a en plus donné l'ordre d'acheter au moins un véhiculé à l'ensemble des président des Assemblées populaires communales (APC), l'équivalent des maires des localités. 


>>>LIRE AUSSI: Algérie: la supercherie d'une usine d'assemblage automobile qui ne monte que des roues

L'octroi de ce marché à Tahkout suscite de nombreuses critiques, puisque le concessionaire de Hyundai n'est pas, les médias l'ont déjà signalé, l'homme le plus intègre de ce secteur.

En 2016, alors que le gouvernement a offert des exonération en tous genres à l'industrie de montage automobile, tout en interdisant les importations, Mahieddine avait purement et simplement grugé l'Etat en prétendant monter des voitures localement.

Son usine n'était en fait qu'une coquille vide qui importait des véhicules, et dont l'unique partie qui restait à assemblée était leurs quatre roues.

Ce scandale avait fait grand bruit, mais n'avait bizarrement donné lieu à aucune poursuite. Pire encore, l'homme d'affaires ne s'était pas privé de se fendre de déclarations moqueuses à l'endroit de ses détracteurs. 
Le 28/11/2018 Par Mar Bassine