Fermer

Algérie: trois ministres du Travail ont dilapidé 30 milliards de dollars en 20 ans

Mise à jour le 23/08/2019 à 12h20 Publié le 23/08/2019 à 12h17 Par Karim Zeidane

#Economie
dollars
© Copyright : DR

#Algérie : 6.000 milliards de dinars algériens, soit 30 milliards de dollars: c'est le montant dilapidés par trois ministres du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, qui se sont succédé à la tête de ce département en Algérie entre 2000 et 2019.

Enorme, pour un département ministériel pourtant jugé comme l'un des moins budgétivores.

Selon le journal arabophone algérien Echourouk, cité par le site d'informations Observalgérie, l’Office central de la répression de la corruption a ouvert une enquête sur la dilapidation de pas moins de 6.000 milliards de dinars, soit 30 milliards de dollars au total, dans le ministère du Travail, de l’emploi et de la solidarité, sur la période 2000-2019.

Autrement dit, ces sommes ont été détournées durant la période couvrant la présidence de Abdelaziz Bouteflika.

Selon le site algérien, ces détournements concernent des sommes allouées à l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ), la Caisse nationale d’assurance chômage (CNAC), l’Agence nationale de gestion du micro-crédit (ANGEM) et le Fonds national de péréquation des œuvres sociales (FNPOS).


LIRE AUSSI: Algérie. Réserves de change: 100 milliards de dollars dilapidés en 4 ans


Une partie des sommes dilapidées auraient servi à financer des projets octroyés aux enfants de responsables du régime et aux oligarques proches du clan Bouteflika.

Ainsi, ce sont les trois ministres qui se sont succédés à la tête de ce département durant cette période qui sont concernés par cette enquête.

Il s’agit Mohamed El Ghazi, de Mourad Zemali et de Tayeb Louh.

Ce dernier se trouve d'ailleurs, depuis le jeudi 22 août dernier, à la prison d’El Harach pour d’autres délits: abus de fonction, entrave à la justice, incitation à faux en écriture officielle et incitation à la partialité, des chefs d'accusation à cause desquels il risque jusqu’à 10 ans de prison. Et avec cette nouvelle affaire, il n'est visibement pas sorti de l'auberge. 
Le 23/08/2019 Par Karim Zeidane