Fermer

Vidéo. Algérie: la présentatrice TV qui a lu la «Lettre de Bouteflika» a démissionné de son poste

Mise à jour le 04/03/2019 à 14h23 Publié le 04/03/2019 à 13h40 Par Karim Zeidane

#Médias
Nadia Madassi

Nadia Madassi, présentatrice du JT de 19h sur Canal Algérie.

© Copyright : DR

#Algérie : Nadia Madassi, la présentatrice d'un JT de Canal Algérie (chaîne publique) qui a lu la Lettre de Bouteflika, vient de démissionner. Une situation qui vient confirmer le malaise que vivent les journalistes des médias publics algériens en ces temps de manifestations contre le 5e mandat de Bouteflika.

Nadia Madassi, la présentatrice du journal télévisé de 19 heures sur Canal Algérie, qui a lu la «Lettre de Bouteflika» aux Algériens aurait démissionné de son poste, selon les médias algériens citant des confrères de l’EPTV.

La journaliste a annoncé, selon un de ses confrères «son retrait volontaire de la présentation du JT».

Selon ces confrères, Nadia Madassi aurait "mal vécu" sa lecture de la lettre ”attribuée” à Abdelaziz Bouteflika, le dimanche 3 mars, au JT de 19h sur Canal Algérie.


Pour rappel, cette lettre, transmise par le pouvoir en place, rendait compte de la volonté du président Abdelaziz Bouteflika de se représenter et, une fois réélu, de convoquer des élections anticipées auxquelles il ne participera pas.

Cette démission de la présentatrice d’une chaîne publique illustre le malaise des journalistes quant aux manigances de leurs dirigeants face au 5e mandat de Bouteflika.


LIRE AUSSI: Algérie. Manifestations du 22 février: le directeur de l’information de la Télévision publique limogé


Pour dénoncer cette situation, le 28 février dernier, une dizaine de journalistes ont manifesté contre une "censure" qu'ils dénoncent, avant d'être arrêtés.  

Les médias publics et privés, dirigés par des hommes d’affaires proches du pouvoir, essayent par tous les moyens de passer sous silence ce mouvement de contestation.

Ainsi, suite aux manifestations du 22 février dernier, Adel Salakdji, directeur de l’information de la télévision publique (EPTV, ex ENTV) a été limogé de ses fonctions par Tewfik Khalladi, patron de la télévision publique.

Certains de ses confrères avaient expliqué ce limogeage par son refus de «reprendre la dépêche APS de vendredi (22 février), sur les manifestations populaires».
Le 04/03/2019 Par Karim Zeidane