Fermer

Algérie: quand le clan se dispute la "propriété" Bouteflika dans les législatives

Mise à jour le 17/04/2017 à 12h15 Publié le 17/04/2017 à 11h54 Par Mar Bassine

#Politique
Bouteflika
© Copyright : DR

#Algérie : Ahmed Ouyahia du RND et Djamel Ould Abbès du FLN sont à deux doigts de le prendre pour un simple objet, dont ils réclament chacun la propriété. Ils se livrent à un étonnant passe d'armes dans le cadre de la campagne électorale pour les législatives de mai prochain.

A qui appartiennent Bouteflika et son programme ou plutôt son bilan? Les responsables du parti présidentiel, le Front de libération nationale (FLN) et leurs alliés du Rassemblement national démocratique (RND) se livrent à un pathétique discours visant à s'arroger des droits de propriété sur Abdelaziz Bouteflika comme s'il s'agaissait d'un vulgaire objet. 

Ahmed Ouyahia, secrétaire de RND s'est attaqué à "ceux (du FLN, ndlr) qui se cachent derrière le programme du président de la République" pour battre campagne. Il a également ajouté que "certains prétendent qu’ils défendent le programme du président et que le président leur appartient. Et bien, le président appartient à tous". 


LIRE AUSSI: Algérie: 2017, ça risque de «casser»

A ce discours qui dénote de la pauvreté du débat politique algérien, Djamel Ould Abbès du FLN répond en faisant comme si la critique était directement destinée au locataire du palais d'El Mouradia. "Ceux qui s’attaquent au FLN, s’en prennent également au président Bouteflika parce qu’il est le président légitime du FLN. Nous avons une arme qui s’appelle le programme du président". 

Evidemment, l'occasion était trop belle pour Ahmed Ouyahia de rappeler les propos tenus en 2008 par Djamel Ould Abbès. Alors, ministre de la Solidarité nationale, il distribuait du matériel pour les hadicapés et avait laissé entendre une phrase devenue culte: "ne vous inquiétez pas, Papa Noël est toujours là". Depuis, la simple évocation de "Papa Noël" a le dont de le mettre hors de lui. 

Mais tout ceci, montre à quel point les protagonistes des élections législatives manquent d'arguments. Tout se limite finalement à des attaques personnelles et à un faux débat sur le vrai propriétaire de l'objet Bouteflika. C'est à cela et à cela seulement que le réduisent désormais les membres de son clan? 
Le 17/04/2017 Par Mar Bassine

à lire aussi