Fermer

Algérie. Crash: Ould Abbès "met dans l'embarras l'Algérie et le Polisario"

Mise à jour le 13/04/2018 à 12h36 Publié le 13/04/2018 à 12h36 Par Mar Bassine

#Politique
Ould Abbes, sciemment ou inconsciemment, s’est mêlé du travail de l’institution militaire

L'avion militaire algérien qui s'est écrasé mercredi faisant 257 morts, transportait aussi une trentaine de miliciens sahraouis.

© Copyright : AFP / RYAD KRAMDI

#Algérie : Dès les premières minutes ayant suivi l'accident, la presse algérienne était au courant de la présence de 29 miliciens du Polisario à bord de l'avion sinistré. Avant même la fin du deuil national, elle s'acharne contre Djamel Ould Abbès qui a révélé le pot aux roses.


Comment Djamel Ould Abbès a-t-il pu révéler un secret aussi grave et démontrant la complicité de l'Algérie dans le conflit au Sahara marocain? En tout cas, son empressement à révéler qu'à bord du Iliouchin IL76, il y avait 29 miliciens sahraouis, lui vaut des attaques de toutes parts. 

"A trop vouloir s’exprimer sur tout et s’imposer sur la scène politique, Ould Abbes, le secrétaire général du FLN, multiplie les gaffes jusqu’à se substituer aux institutions du pays et de les mettre dans l’embarras sur des sujets hautement sensibles", accuse le site Tout sur l'Algérie. Ce dernier rappelle d'ailleurs que l'armée, dans son communiqué officiel, s'était bien gardée de faire allusion aux troupes sahraouies qui étaient présentes aux côtés des militaires algériens. 


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Algérie: 200 morts d'un crash aérien, dont 29 miliciens du Polisario

Or, si la grande muette n'a pas donné de détails, c'est pour la simple raison que cette présence démontre à suffisance la complicité de l'Algérie dans le conflit du Sahara marocain. Il est vrai que quand l'Algérie transporte elle-même les rebelles, il ne s'agit plus de simple soutien, comme se plaisent à le dire ses autorités, c'est qu'elle est acteur, sinon l'acteur principal. 

"Ould Abbes, sciemment ou inconsciemment, s’est mêlé du travail de l’institution militaire. Le vol Blida-Tindouf étant un vol militaire et la communication dans ce genre de catastrophes relève du domaine exclusivement militaire. Il a révélé des informations qui auraient dû rester secrètes pour plusieurs raisons, mettant dans l’embarras l’Algérie et le Front Polisario, renchérit TSA.

Chez les confrères de Observ'Algérie, on parle aussi de dérapage du SG du FLN qui embarrasse tant les Algériens que leurs alliés du Polisario. "Le crash aérien de Boufarik, qui avait fait hier 257 victimes et est la pire catastrophe aérienne de l’histoire de l’aviation algérienne, a été pour Djamel Ould Abbès, secrétaire général du FLN, synonyme d’un nouveau dérapage", écrit-on.  

Ce site également met l'accent sur le fait qu'il s'agit d'un vol de l'armée et qu'il appartenait à cette dernière d'avoir l'exclusivité concernant les passagers présents à bord, au moins au niveau de la communication. 

Le 13/04/2018 Par Mar Bassine