Fermer

Haragas. Matteo Salvini: "pourquoi tous ces Algériens fuient leur pays?"

Mise à jour le 15/07/2018 à 10h24 Publié le 15/07/2018 à 10h24 Par Mar Bassine

#Politique
Haraga: Matteo Savini: "pourquoi tous ces Algériens fuient leur pays?"

Matteo Calvini, le ministre italien de l'Intérieur: "Pourtant, ils ne sont pas issus de pays en conflit".

© Copyright : DR

#Algérie : Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Calvini, est l'auteur d'une petite phrase qui pointe l'incompétence des gouvernants algériens sans toutefois les nommer. Remous.

Les Algériens sont remontés contre Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur pour une petite phrase ou plutôt une malheureuse petite question. Dans un tweet commentant l'arrivée en territoire italien d'un bateau de migrants avec à son bord 67 Algériens, quelques Afghans, Pakistanais, l'homme politique se demande: "pourquoi tous ces gens fuient-ils leur pays?" Il estime son interrogation d'autant plus pertinente que "ces pays ne sont pas tous en guerre". Evidemment, les Algériens se sont sentis visés par cette petite pique et il y a de quoi. 
 


>>>LIRE AUSSI: Algérie-France: impossible d'obtenir un rendez-vous pour le visa




C'est le quotidien arabophone Ech-Chourouk qui le premier s'est offusqué du fait qu'un officiel italien désigne du doigt l'Algérie et ses dirigeants. Mais son confrère Algérie Focus préfère enfoncer le clou en faisant remarquer que les gouvernants algériens préfèrent la politique de l'autruche. "La question que pose le ministre de l’Intérieur italien est une question à laquelle ne veulent absolument pas répondre les gouvernants et notamment en Algérie". 

La réalité est que depuis quelques mois, les Algériens ont ouvert une troisième voie migratoire vers l'Italie, à côté de celle de la Tunisie et de la Libye, affirme Huffinbgton Post Italie. Kamel Daoud, l'un des experts à qui le New York Times donne la parole, estime que "la migration des Algériens, les haragas, cela pose problème, parce qu'elle est très meurtrière". "Mais surtout, c'est un problème pour le gouvernement d'Alger: le fait que ses citoyens se lancent dans un voyage aussi dangereux montre clairement ses nombreux échecs politiques et économiques, sa politique répressive, son chômage et l'augmentation du coût de la vie", poursuit-il. 

Tout ceci est très gênant pour Alger qui voudrait que toute cette polémique prenne fin. Car, ces paroles lui rappellent ce qu'elle n'arrête pas de dire concernant les migrants subsahariens. Sauf que Matteo, lui, n'a jamais rejeté les Algériens dans la mer, contrairement aux Bedoui, Messahel et Ouyahia dont le sport favori est de laisser mourir les migrants dans le désert du Sahara à la frontière entre leur pays et le Niger. 

Le 15/07/2018 Par Mar Bassine