Fermer

Algérie: les détails sur la tentative de fuite de Ali Haddad, ex-patron des patrons

Mise à jour le 31/03/2019 à 15h39 Publié le 31/03/2019 à 15h37 Par Karim Ben Amar

#Politique
Ali Haddad

Ali Haddad, patron des patrons algériens.

© Copyright : DR

#Algérie : Ali Haddad a fait l’objet, il y a 48 heures, d’une interdiction de sortie du territoire national (ISTN) émanant des services de la gendarmerie. Son plan de fuite a été bien pensé, à quelques détails près.

Alors qu'un remplaçant ne lui a même pas encore été trouvé à la tête du Forum des chefs d'entreprise (patronat algérien), Ali Haddad, ce proche parmi les proches de Saïd Bouteflika, voulait prendre la poudre d'escampette dans la nuit du samedi 30 au dimanche 31 mars.

Il avait alors élaboré un plan devant lui assurer de se rendre à Marseille, après un passage par la Tunisie. Mais il était interdit de sortir du territoire national, bien qu'il n'en ait pas été informé, sinon tardivement.

Il ferait l’objet d’une enquête de la part des services de la Direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA), et a eu connaissance de cette ISTN alors qu’il se trouvait à Constantine, selon des sources concordantes.


>>>: LIRE AUSSI: Algérie: Ali Haddad, ex-patron des patrons, arrêté à la frontière avec la Tunisie


Ali Haddad aurait alors décidé de faire appel à un agent officiel pour organiser sa fuite moyennant paiement. Le plan établi par Ali Haddad consistait à quitter le pays, au niveau du poste frontalier algéro-tunisien d’Oum Tboul.


Conséquence de cette fuite avortée, Ali Haddad est entre les mains des services de sécurité, et devrait être présenté à la justice aujourd’hui pour certainement être incarcéré.

Selon les mêmes sources, Ali Haddad, deuxième fortune du pays, était également programmé ce dimanche matin sur un vol Air Algérie reliant Constantine à Marseille. Cela laisse penser que s'il avait atteint la Tunisie, il allait se diriger vers la France.

Les événements politiques en Algérie se précipitent dans un climat tendu et de nombreuses informations circulent sur les noms de hautes personnalités locales sous le coup d'une ISTN.
Le 31/03/2019 Par Karim Ben Amar