Fermer

Algérie: Ali Haddad, ex-patron des patrons, arrêté à la frontière avec la Tunisie

Mise à jour le 31/03/2019 à 11h16 Publié le 31/03/2019 à 11h07 Par Mohammed Boudarham

#Politique
Ali Haddad
© Copyright : DR

#Algérie : La débandade continue dans les rangs du clan de Bouteflika. Ali Haddad, qui vient de démissionner de la présidence du Forum des Chefs d’Entreprises (FCE), a été arrêté à la frontière avec la Tunisie.

Le clan des Bouteflika continue de se disloquer.

Ali Haddad, ex-président du Forum des Chefs d’Entreprises (FCE, confédération patronale d'Algérie), a été arrêté aux premières heures de ce dimanche 31 mars, près de la frontière avec la Tunisie, rapportent des médias algériens.

Selon les mêmes sources, Ali Haddad, qui était en voiture, en compagnie de son chauffeur, avait sur lui une importante somme d’argent.
>>>LIRE AUSSI: Algérie: Ali Haddad, le patron des patrons algériens, démissionne

Le desormais ex-patron des patrons, par ailleurs président du groupe ERTHB, a été cueilli par des agents de la douane algérienne, près d’Oum T’boul (dans la wilaya d’El Tarf), lesquels l'ont remis à la police.

Les mêmes sources ajoutent que l’homme d’affaires, très proche des frères de Bouteflika, a été par la suite confié au Centre territorial de recherches et d’investigation (CTRI), puisqu'il fait actuellement l’objet d’une Interdiction de sortie du territoire algérien, une "ISTN" dans le jargon sécuritaire du pays.


>>>LIRE AUSSI: Algérie: rétropédalage de Tebboune après son offensive contre Haddad

Ali Haddad a annoncé sa démission du Forum des chefs d'entreprises (FCE), principale organisation patronale algérienne, jeudi dernier.

Son organisation était devenue un instrument de soutien politique au chef de l'Etat et d'appui à sa candidature à un cinquième mandat.

Juste avant lui, le Rassemblement national démocratique (RND), le parti dirigé par le désormais ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia, pilier de la majorité, avait également lâché Abdelaziz Bouteflika.

Le coup de grâce au clan Bouteflika a été porté par Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de l'UGTA, principale centrale syndicale du pays, qui a apporté son soutien à la proposition du général Gaïd Salah pour déclarer inapte le président, théoriquement toujours en exercice, jusqu'à la date-butoir du 28 avril 2019.
Le 31/03/2019 Par Mohammed Boudarham