Fermer

Algérie: ça se corse pour Ouyahia, Sellal et 10 hauts responsables, désormais menacés de poursuites

Mise à jour le 27/05/2019 à 16h35 Publié le 27/05/2019 à 16h33 Par Mar Bassine

#Politique
Sellal et Ouyahia

Les anciens Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia.

© Copyright : DR

#Algérie : Ahmed Ouyahia risque des poursuites pénales devant la Cour suprême algérienne pour d'éventuels détournements de deniers publics ou un enrichissement illicite. 11 autres ex-hauts responsables sont concernés.

Au total douze hauts responsables algériens, sur lesquels enquêtaient la justice, pourraient être poursuivis devant la Cour Suprême. En effet, leurs dossiers respectifs ont été transmis au procureur général de cette juridiction, la seule habilitée à juger des commis de l'Etat de ce rang pour des faits commis dans le cadre de leurs fonctions. 

Parmi eux, figurent Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, deux anciens Premiers ministres de Abdelaziz Bouteflika, mais également plusieurs walis. 

Ce sont deux procureurs d'Alger qui menaient les enquêtes à leur encontre. D'après le communiqué diffusé hier, dimanche 26 mai, certains faits relèvent du pénal. 


>>>LIRE AUSSI: Algérie: les anciens Premiers ministres Sellal et Ouyahia devant la Cour suprême

Ahmed Ouyahia et plusieurs de ces responsables concernés par l'enquête ont déjà été entendu devant la Cour Suprême à titre de témoins.

Mais les choses semblent avoir évolué. Ces responsables pourraient être accusés formellement d'avoir dilapidé des deniers publics ou s'être octroyés des avantages indûs dans le cadre de leur fonction. 

En tout cas, une épée de Damoclès plane au-dessus de leur tête, surtout qu'Ahmed Gaïd Salah n'a plus que la carte de la lutte contre la corruption dans sa main.

L'organisation de la présidentielle est sérieusement compromise depuis l'arrivée à terme du délai pour le dépôt des candidatures, avant-hier, samedi 25 mai. 

Le 27/05/2019 Par Mar Bassine