Fermer

Vidéos. Algérie: Etat de siège et arrestations au menu du 19e vendredi

Mise à jour le 29/06/2019 à 21h05 Publié le 28/06/2019 à 12h53 Par Mar Bassine

#Politique
Des manifestations estudiantines plus déterminées que les précédents mardi
© Copyright : DR

#Algérie : Plusieurs manifestants ont été arrêtés ce vendredis au centre-ville d'Alger, alors que des milliers d'autres ne réussiront pas à rejoindre les habituels points de ralliement à cause du dispositif policier sur les principaux axes routiers. Beaucoup dénoncent des arrestations arbitraires.

Ce 19e vendredi de manifestations est à haut risque pour les manifestants à cause de l'impression dispositif sécuritaire mise en place par les autorités pour empêcher les protestataires de se retrouver massivement dans les rues du centre-ville de la capitale algérienne. 




>>>LIRE AUSSI: Algérie: très attendu, Ahmed Gaïd Salah livre un discours creux

La police et la gendarmerie ont renforcé le contrôle au niveau des principaux axes routiers permettant d'accéder à Alger. Un internaute ironise sur Twitter: "Décidément c’est de pire en pire, la prochaine étape c’est la demande de visa pour Alger?", ajoutant qu'il s'agit de "racisme contre son propre peuple". 




Sur les réseaux sociaux, des publications font état de quelques dérives liées notamment à la répression contre ceux qui arboreraient des signes amazighs, quels qu'ils soient. C'est le cas de cette femme qui portait une robe kabyle et un maillot de la Jeunesse sportive de Kabylie  (JSK) qui a été débarquée d'un autocar et embarquée par les les policiers à l'entrée d'Alger. 




C'est loin de s'agir d'un cas isolé, puisque beaucoup d'autres personnes ont été arrêtées par la police pour diverses raisons, même si les manifestants insistent sur le caractère pacifique de leur mobilisation. 


 


Néamoins, en fin de matinée, plusieurs centaines de manifestants ont déjà réussi à rejoindre les points de ralliement habituels 



Le 28/06/2019 Par Mar Bassine