Fermer

Vidéo. Algérie: l’ancien puissant patron de la DGSN et ses enfants en prison

Mise à jour le 05/07/2019 à 16h27 Publié le 05/07/2019 à 16h16 Par Karim Zeidane

#Politique
Abdelghani Hamel

Abdelghani Hamel, général-major à la retraite et ex-patron de la DGSN.

© Copyright : DR

#Algérie : L’ex-patron de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) algérienne, le général-major à la retraite Abdelghani Hamel, est en prison. Ses 3 enfants aussi sont en détention préventive et sa femme placée sous contrôle judiciaire.

Le général-major à la retraite Abdelghani Hamel, ex-patron de la DGSN algérienne de 2010 à 2018, a été mis sous mandat de dépôt dans la nuit du jeudi à vendredi et conduit ce vendredi à la prison d’El Harrach.

Il fait l’objet de plusieurs chefs d’accusation dont le détournement du foncier et l’enrichissement illégal.


Outre Hamel, ses enfants ont été également placés en détention provisoire à la prison d’El Harrach par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’Hamed d’Alger.

Même l’épouse du général-major à la retraite a été placée sous contrôle judiciaire.


LIRE AUSSI: Algérie. Inquiétude dans les rangs de l'armée: un second général-major en fuite pour échapper à la purge


L’ex-patron de la police algérienne et 19 autres personnes ont comparu jeudi devant le tribunal de Sidi M’hamed d’Alger dans le cadre des affaires de détournement de foncier et d’enrichissement illicite.

Parmi les personnes qui ont comparu devant le tribunal figurent d’anciens walis dont l’ex-wali d’Alger Abdelkader Zoukh et les ex-walis devenus ministres comme Abdelghani Zaalane, Abdelmalek Boudiaf et Abdelkader Kadi. De même, des promoteurs immobiliers ont été auditionnés par le juge d’instruction.


LIRE AUSSI: Algérie: une tentative de putsch serait derrière le limogeage des généraux


Rappelons aussi que l’ancien patron de la DGSN avait déjà comparu début mai devant le procureur de ce même tribunal, mais comme témoin, dans le cadre de l’affaire des 701 kg de cocaïne saisie dans un bateau au niveau du port d’Oran en mai 2018. De même, il a été entendu par le juge d’instruction près du tribunal de Tipaza dans le cadre des affaires relatives à «des activités illégales» et «trafic d’influence».
Le 05/07/2019 Par Karim Zeidane