Fermer

Vidéos. Algérie: le ministre de l'enseignement supérieur conspué à l'université de Constantine

Mise à jour le 08/07/2019 à 13h39 Publié le 08/07/2019 à 13h38 Par Djamel Boutebour

#Politique
Le ministre de l'enseignement supérieur conspué à Constantine
© Copyright : DR

#Algérie : Malgré un imposant dispositif policier, et le calme dû à cette période de vacances estivales, le ministre de l'Enseignement supérieur n'a pas échappé aux slogans hostiles des étudiants. Conséquence: il a été obligé d'écourter son séjour à l'université de Constantine.

Il est devenu pratiquement impossible aux autorités algériennes d'effectuer des visites de terrains et d'être en contact avec leurs citoyens.

Tayeb Bouzid, ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique l'a appris ce lundi matin à ses dépens. 

Alors qu'il voulait profiter de l'absence des étudiants, en cette période de vacances d'été, pour donner la fausse image qu'il pouvait visiter une université, Tayeb Bouzid a malheureusement été trahi par une fuite de cette information.

Plusieurs étudiants avaient appris sa venue et ont débarqué au sein du campus, drapeau algérien brandi et slogans hostiles à la bouche. 


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Algérie: les manifestants défient Gaid Salah et chassent le ministre du Tourisme

"Klitou el bled ya sarakine" ("vous avez pillé le pays, bande de voleurs"), "dégage" et "el djamiâa horra horra, el wazir barra barra" ("université libre, le ministre dehors"), ont-ils scandé dès l'arrivée du long cortège de berlines rutilantes. 

La réunion du ministre et de la délégation qui l'accompagnait n'aura donc duré que quelques minutes, avant qu'il ne poursuive sa visite dans la région, en prenant soin de choisir, cette fois-ci des endroits moins fréquentés.


>>>LIRE AUSSI: Vidéos. Algérie: des ministres humiliés et chassés par les manifestants à Béchar

Plusieurs ministres ont déjà subi le même sort en voulant affronter le peuple d'Algérie.

Au début des manifestations, en février dernier, trois d'entre eux ont dû renoncer à une visite à Béchar, à cause de la franche hostilité que leur avait montrés les habitants de cette ville. 




Le 08/07/2019 Par Djamel Boutebour