Fermer

Algérie: voici pourquoi le ministre de la Justice a été démis de ses fonctions

Mise à jour le 01/08/2019 à 12h50 Publié le 01/08/2019 à 12h48 Par Karim Ben Amar

#Politique
Tayeb Louh
© Copyright : DR

#Algérie : Slimane Brahimi, ministre de la Justice, a été démis de ses fonctions hier, mercredi 31 juillet, d’après la télévision étatique ENTV. Cette source précise que c’est Belkacem Zoghmat, procureur général de la Cour d’Alger, qui héritera de ce portefeuille ministériel. Voici les raisons de ce limogeage.

Le ministre de la Justice, Slimane Brahimi, en poste depuis le 31 mars 2019, a été limogé et remplacé par Belkacem Zoghmati, actuel procureur général de la Cour d’Alger.

Selon des sources concordantes, ce limogeage fait suite à une enquête menée sur l’implication de Tayeb Louh, ancien ministre de la Justice et garde des Sceaux de Bouteflika, dans plusieurs affaires de corruption, en lien avec le limogeage du général Ghali Belkecir, l’ex-patron de la gendarmerie algérienne. 

L’enquête a révélé que le désormais ex-ministre de la Justice est soupçonné d’avoir tenté de protéger celui à qui il doit tout, Tayeb Louh. Il est aussi soupçonné d'avoir favorisé les intérêts du général Ghali Belkecir.


LIRE AUSSI: Algérie. Justice: des procureurs limogés pour préparer le jugement des «bouteflikistes»


De ce fait, les autorités suprêmes du pays, le général Ahmed Gaid Salah à leur tête, se sont dites contraintes de le limoger pour ne pas faire d’entrave à l’enquête en cours sur les présumées liaisons mafieuses de Louh et du général Belkecir.

La presse algérienne a récemment révélé comment Slimane Brahmi était une simple «marionnette» entre les mains du commandant de la gendarmerie nationale, le général Ghali Belkecir. 
Le 01/08/2019 Par Karim Ben Amar