Fermer

Algérie: Baha Eddine Tliba rejoint la prison d’Al Harrach

Mise à jour le 19/10/2019 à 16h26 Publié le 18/10/2019 à 16h52 Par Karim Ben Amar

#Politique
Algérie. "caché en lieu sûr", Baha-Eddine Tliba  fait de graves révélation sur Gaïd Salah?
© Copyright : DR

#Algérie : Le député Baha Eddine Tliba a été présenté ce jeudi 17 octobre devant la justice, au tribunal de Sidi M’hamed à Alger. Moins de 24 heures après son arrestation et son extradition depuis la Tunisie, d’après la presse algérienne, il a été placé sous mandat de dépôt à la prison d’Al Harrach.


Le député Baha Eddine Tliba, surnommé «l’émir du Qatar d’Annaba», a été traduit hier, jeudi 17 octobre devant la justice. Il a été présenté à la 6e chambre au tribunal de Sidi M’hamed à Alger.

Arrêté puis extradé depuis la Tunisie d’après la presse algérienne, citant des sources proches du dossier, l’enfant gâté de l’ancien régime a été placé en détention provisoire à la prison d’Al Harrach moins de 24 heures après son arrestation. Cependant, aucune indication officielle n’a jusque-là été donnée sur l’arrestation de Tliba et encore moins sur le lieu où elle a été opérée. 


>>>LIRE AUSSI: Algérie: Tliba, surnommé «l’Emir du Qatar d’Annaba», a été arrêté

Baha Eddine Tliba devra répondre des accusations suivantes: «blanchiment d’argent et financement occulte de partis politiques».

L’architecte de formation était en état de fuite après s’être vu retirer le 25 septembre, sur ordre du ministre de la Justice, l'immunité parlementaire dont il bénéficiait en sa qualité de député. C’est lors d’une séance à huit clos au parlement que le vote sur la levée de son immunité s’est tenu. Devant se présenter à un juge d’instruction le 3 octobre, sa cavale aura duré moins de deux semaines.

Baha Eddine Tliba tentait de demander l’asile politique au Royaume-Uni avant son arrestation en Tunisie, d’après la presse algérienne.

Beaucoup pensent que sa chute est liés à un différend avec les fils du général Ahmed Gaïd Salah dont il était associé et qui lui offraient jadis une confortable protection. 

D'ailleurs, l'ex-enfant gâté du système n'a pas manqué de faire de graves révélations à leur encontre, les accusant d'être mêlé à la mort de l'ancien wali d'Annaba, Mohamed Mounib Sendid. 

Dans une lettre rendue publique avant la levée de son immunité, Baha Eddine Tliba s’est présenté comme une victime des fils de l’ex-SG du FLN, Ould Abbès, Mehdi et Louafi, qui lui auraient exigé la bagatelle de 7 milliards de centimes pour être tête de liste à Annaba aux législatives de 2017. Il assure en avoir même informé les services de sécurité.  


>>>LIRE AUSSI: Tliba aurait rejoint la légion des dignitaires, généraux et oligarques algériens réfugiés en Europe

L’ex-homme fort de la wilaya de Annaba, associé et très proche à une époque des fils du général Gaid Salah, s’érigeait en «victime». Il se présentait même comme un «lanceur d’alertes» et un «dénonciateur» de crimes.

Incarcéré à la prison d’Al Harrach, Baha Eddine Tliba rejoint ainsi les anciens pontes du régime de Bouteflika. Or, le général Gaid Salah, faisant à part entière partie de ce clan, est non seulement en liberté, mais est aussi seul aux commandes de l’Algérie. Jusqu’à quand ?
Le 18/10/2019 Par Karim Ben Amar