Fermer

Visa Schengen: la France a refusé 46% des demandes de visas des Algériens en 2019

Mise à jour le 21/01/2020 à 16h00 Publié le 20/01/2020 à 17h57 Par Karim Zeidane

#Politique
Visa Algérie-France
© Copyright : DR

#Algérie : Le nombre de visas Schengen accordés par la France aux ressortissants algériens a baissé de 7,5% en 2019, comparativement à 2018. Le taux de refus de visa demeure important et se situe à hauteur de 46%. Plusieurs éléments sont avancés pour expliquer ces refus.

Le nombre de visas Schengen délivré par les autorités consulaires françaises en Algérie a connu une baisse comme l’on s’y attendait. En effet selon Marc Sédille, consul général de France en Algérie, le nombre de visas octroyés aux Algériens s’est établi à 272 054 en 2019, en baissé de 7,5% comparativement 2018.

Selon le consul, cette baisse est surtout le fait d’un net recul des demandes de visas de la part des Algériens. Ainsi, le nombre total de demandes de visas s’est établi à 501 300 en 2019, contre 568 882 en 2018, soit une chute de 12%. 


LIRE AUSSI: Visa Schengen: voici les changements qui s’appliquent à partir du 3 février 2020


Une baisse qui s’explique par les conditions contraignantes relatives à l’hébergement (attestation d’accueil) et financement du séjour qui ont découragé de nombreux demandeurs potentiels. En outre, le nombre de refus des visas très élevé en 2018 au niveau des consulats français en Algérie a certainement découragé plus d’un algérien à recourir à ces guichets pour demander un visa Schengen.

A noter que malgré cette baisse, l’Algérie se situe au 3e rang des demandeurs de visas Schengen, après la Chine et la Russie. 


LIRE AUSSI: Algérie-Turquie. Visa: voici les nouvelles conditions imposées aux Algériens


Outre la baisse de la demande, les refus aussi sont demeurés importants en 2019. En effet, le taux de refus s’est établi en 2019 à 46%, mais inférieur à celui de 48,5% enregistré en 2018.

Toutefois, selon le consul, la quasi-totalité des visas délivrés sont des visas à entrées multiples et un quart ont une validité de plus d’un an. Le diplomate précise: «l’un des motifs les plus fréquents de refus est lié à la difficulté des demandeurs à justifier leur situation en Algérie. La part de l’informel dans l’économie algérienne est incompatible avec les critères Schengen. On prend en considération cette situation».
Le 20/01/2020 Par Karim Zeidane