Fermer

Covid-19. Officiel: le président algérien Abdelmadjid Tebboune admis à l’hôpital militaire

Publié le 27/10/2020 à 18h36 Par Mar Bassine

#Politique
Algérie: les éléphants blancs de Tebboune pour sauver l'économie

Abdelmadjid Tebboune, président algérien.

© Copyright : DR

#Algérie : Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a été admis dans l'après-midi de ce mardi 27 octobre à l'hôpital militaire d'Ain Naadja, selon un communiqué officiel du chef du gouvernement.


La rumeur qui ne cessait d'enfler à Alger vient d'être confirmée de façon officielle par le Premier ministre algérien, dans un communiqué relayé par l'agence de presse officielle, APS. "Sur recommandation de ses médecins, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, est rentré dans une unité de soins spécialisés de l’hôpital central de l’armée à Ain Naadja à Alger.", précise le document.


>>>LIRE AUSSI: Algérie: le président Tebboune admis à l'hôpital militaire, ses jours ne sont pas en danger

Evidemment, la Primature algérienne prend le soin d'expliquer que ses jours ne sont pas en danger. "Son état de santé est stable et n’inspire aucune inquiétude", lit-on dans le communiqué. Comme dans un précédent communiqué de la présidence faisant état de "son isolement volontaire pour cinq jours", le Premier ministre ajoute que le chef de l'Etat sera en mesure de mener ses activités depuis l'hôpital.

Même si tout est fait pour minimiser l'infection de Tebboune, il y a lieu de noter que vu son âge, il fait partie des personnes à risque. En effet, Tebboune est né en 1945 et est aujourd'hui âgé de 75 ans.

En outre, le fait que le Covid-19 touche à ce point le sommet de l'Etat algérien met en doute la véracité des chiffres régulièrement communiqués par les autorités sanitaires qui font état d'une moyenne quotidienne avoisinant les 250 cas, malgré une deuxième vague de la maladie que les médecins estiment sévère.


>>>LIRE AUSSI: Covid-19: le président Abdelmadjid Tebboune apporte un sanglant démenti à la propagande de l'Algérie


Par son refus d'adopter une politique de dépistage et de prise en charge sérieuse des malades, le régime algérien a fait clairement le choix d'exposer ses 44 millions d'habitants. Mais les apparatchiks ne se doutaient pas que l'un des malades pourrait être le président Tebboune lui-même.

Le 27/10/2020 Par Mar Bassine