Fermer

Algérie: des milliers de retraités de l’armée ont marché à Alger

Mise à jour le 21/05/2017 à 21h46 Publié le 21/05/2017 à 21h22 Par Karim Zeidane

#Société
manifestation des anciens de l'APN
© Copyright : DR

#Algérie : La grogne sociale en Algérie touche les anciens de la grande muette. S’estimant lésés et abandonnés, plusieurs milliers d'anciens membres de l’Armée nationale populaire (ANP) accompagnés de leurs familles ont organisé une marche à Alger. Ils ont exposé leurs multiples doléances.

Malgré les tentatives du gouvernement algérien de faire avorter la marche, de nombreux anciens éléments de l’Armée nationale populaire (ANP) algérienne comprenant des rappelés, des radiés, des invalides, des membres des familles de soldats tombés au champ d’honneur et des retraités ont marché à Alger.

Ils ont bloqué la circulation au niveau de certaines artères et ont marché jusqu’à Réghaia où ils ont été stoppés par un imposant cordon de la gendarmerie nationale.

Ils ont tout de même fait état de leurs nombreuses revendications. Outre la reconnaissance officielle par le pouvoir «des sacrifices qu’ils avaient consentis durant la décennie noire au service de la patrie», les marcheurs exigent aussi une prise en charge médicale de qualité pour les retraités atteints de maladies et souffrant de dommages moraux.


LIRE AUSSI : Algérie: la crise est telle que certaines entreprises publiques n'assurent plus les salaires


Ils demandent aussi une révision à la hausse des pensions des retraites allouées, la revalorisation des primes de blessures, l’accès au logement, à l’emploi et la régularisation de leur situation vis-à-vis de la sécurité sociale. Les retraités réclament aussi le droit de bénéficier des licences de taxi ou de café.

Le gouvernement a utilisé tous les moyens pour empêcher cette marche en filtrant les entrées de la capitale. De nombreux anciens de l’ANP ont ainsi été bloqués à l’ouest de Boumerdès.

Ces revendications légitimes ont très peu de chance d’être entendues par un gouvernement empêtré dans une crise financière aiguë mais qui continue tout de même à investir dans l'armement à coups de milliards de dollars.
Le 21/05/2017 Par Karim Zeidane