Fermer

Algérie: Black-out autour du mystérieux virus tueur d'Ain Bessem

Mise à jour le 17/08/2018 à 11h31 Publié le 17/08/2018 à 11h29 Par Mar Bassine

#Société
Algérie: une curieuse et mortelle maladie sème la panique à Ain Bessam
© Copyright : DR

#Algérie : Pour le moment, rien ne filtre sur l'enquête en cours concernant la maladie mystérieuse qui a déjà tué quatre personnes à Aïn Bessen et dont les symptômes sont plus qu'inquiétants.

Visiblement, les autorités algériennes préfèrent observer le silence le plus total sur l'infection mystérieuse d'Aïn Bessem. Selon Liberté Algérie, les médias qui sont allés dans cette localité couvrir le développement de cette curieuse maladie ont été priés d'aller voir ailleurs. "Les journalistes présents ont été gentiment priés de quitter les lieux pour, selon les médecins, leur propre sécurité", résume-t-il. Les autorités médicales ont également promis de leur communiquer "les résultats des analyses au plus tard aujourd’hui, jeudi". 

Malheureusement, 24 heures après cette promesse, rien ne filtre. Ce qui laisse penser que pour l'heure, la Commission d'enquête médicale mise en place et à laquelle prend part l'Institut Paster d'Algerie n'a toujours rien trouvé. 


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Algérie: la maladie mystérieuse d'Ain Bessem fauche deux nouvelles victimes

Liberté Algérie décrit une pscychose qui s'est emparée des habitants d'Aïn Bessem. "Hier, lors de notre passage à Raouraoua, précisément au village d’El-M’rabhia, lieu de résidence de la famille infectée, les citoyens rencontrés n’ont pas caché leur peur d’être infectés à leur tour", lit-on dans le médias. Les déclarations recueillies par le journal illustrent parfaitement les craintes des habitants comme celles de Brahim Ahmed. “Depuis lundi soir, j’interdis à ma famille de consommer l’eau du robinet ou des forages et même d’éviter de consommer des fruits et légumes issus de l’agriculture locale”, a affirmé ce voisin des victimes. D'autres habitants vont jusqu'à considérer suspect tout aliment tant que les analyses n'ont pas trouvé la principale source de l'infection. 

Tout ceci explique aussi pourquoi les autorités algériennes préfèrent que les médias se détournent de cette infection qui compte déjà 4 victimes. 
Le 17/08/2018 Par Mar Bassine