Fermer
#Culture

Vidéo. Dylan Lewis Sculpture Garden: la folie rencontre le génie d'un artiste

Mise à jour le 23/10/2017 à 11h18 Publié le 21/10/2017 à 14h51 Par Notre envoyé spécial en Afrique du Sud Moustapha Cissé

#Autres pays : Il a fallu huit longues années à l'artiste pour terminer son oeuvre. Le Dylan Lewis Sculpture Garden est un lieu de vastes panoramas où les senteurs rencontrent les sons de la nature, avec des bosquets tranquilles, des sentiers cachés et une végétation indigène luxuriante.


Le projet a commencé par hasard en 2009 quand Lewis a donné un coupe de pioche sur un caprice et a commencé à façonner les contours de ce qui allait devenir le jardin de sculptures de sept hectares. Aujourd'hui, l'artiste continue d'explorer des thèmes qui font partie intégrante de son travail dans ce paysage serein sur les pentes de la montagne de Stellenbosch, surplombant les vignobles vers l'océan. Ici, la notion de nature sauvage dans la psyché humaine s'exprime à la fois dans les sculptures et leur positionnement dans le paysage.

Plus de 60 sculptures constituant l'expression artistique complète de Lewis ont été soigneusement mises en harmonie avec le paysage: la forme humaine, les figures chamaniques, les fragments abstraits monumentaux et ses grands félins emblématiques de la savane de l'Afrique australe.


LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: Tata de Sikasso, le protecteur du royaume de Kénédougou

Le long de quatre kilomètres de chemins, on est conduit dans un voyage à travers différentes «pièces», des collines de bruyère dominées par des images masculines terreuses au bosquet méditatif de peupliers avec ses torses féminins sensuels. Le jardin se concentre sur les espèces indigènes, en particulier le fynbos.

Bien que planté pour donner de la couleur tout au long de l'année, il culmine en juillet et août jusqu'en septembre, lorsque ses nombreux buchus et ericas sont en fleur parfumée. Une grande sélection d'ericas, en particulier des variétés inhabituelles telles que Erica verticillata, éteintes à l'état sauvage, provenait du Jardin botanique national de Kirstenbosch. L'influence des jardins japonais et de l'esthétique japonaise wabi-sabi est évidente dans la conception minimaliste et sculpturale de ce jardin, ses ellipses et ses courbes, son sens de la spiritualité et l'acceptation de l'éphémère et de l'imperfection.
Le 21/10/2017 Par Notre envoyé spécial en Afrique du Sud Moustapha Cissé

à lire aussi