Fermer

Burkina Faso: le richissime Kanazoé arrêté à cause d'une surfacturation

Mise à jour le 20/04/2017 à 19h56 Publié le 20/04/2017 à 19h19 Par notre correspondant à Ouagadougou Ibrahima Zallé

#Economie
 Burkina Faso. COMMERCE: Inoussa Kanazoé impliqué dans une affaire de surfacturation, est aux arrêts

Inoussa Kanazoé l’homme d’affaires burkinabè a été mis aux arrêts

© Copyright : DR

#Autres pays : Inoussa Kanazoé l’homme d’affaires et richissime Burkinabè a été incarcéré mercredi soir 19 avril par la gendarmerie nationale. Les motifs de son arrestation demeurent inconnus, mais pourraient être liés à une affaire de surfacturation.

 
Le journal d’investigation, Le courrier confidentiel dans sa parution numéro du 25 janvier 2017, avait indiqué que le PDG de la Cimenterie du Faso (CIMFASO) était impliqué dans une affaire de surfacturation portant sur 7 milliards de francs CFA. Il aurait ainsi violé les règles régissant les marchés publics.

4 mois après cette publication, Inoussa Kanazoé plus connu sous le surnom de Kaniss a été interpellé avec quelques collaborateurs hier mercredi 19 avril 2017. Ses bureaux sur l’avenue Kwamé Nkrumah ont également été mis sous scellés. L’homme d’affaires burkinabè est spécialisé dans le commerce du riz et dans l'industrie du ciment. Kanazoé est le patron de CIMFASO et de Kaniss International.


LIRE AUSSI: Burkina Faso: Coris Bank, un bon résultat et des fonds propres pour ses ambitions régionales

Après avoir passé une nuit dans les services de sécurité, Inoussa Kanazoé aurait été libéré dans la soirée du jeudi 20 avril 2017. Trois personnes dont le DG de CIMFASO, celui de Kaniss International et une secrétaire seraient toujours entre les mains de la gendarmerie. Les raisons de cette libération n’ont pas encore été communiquées. Affaire à suivre donc.

Les motifs de cette arrestation non plus n'ont toujours pas été révélés par les services de sécurité. Cependant, selon des sources concordantes, sa société faisait l’objet d’un contrôle portant sur des marchés publics. 

Outre cela, il faut dire que le richissime Inoussa Kanazoé était cité dans d’autres affaires, notamment une escroquerie de 101 millions de francs CFA. Attaqué en justice par l’opérateur économique ivoiro-burkinabè Ouali Mamadou, cela lui a valu un procès devant le Tribunal de première instance de Korhogo le 16 mars 2016.
 

Le 20/04/2017 Par notre correspondant à Ouagadougou Ibrahima Zallé