Fermer

CEDEAO-Maroc: une Alliance régionale pour le suivi de l’adhésion

Mise à jour le 22/04/2018 à 18h37 Publié le 22/04/2018 à 18h32 Par Moussa Diop

#Economie
CEDEAO-Maroc
© Copyright : DR

#Autres pays : L’Institut Amadeus, l’Initiative de prospective agricole et rurale et le CIRES ont créé une Alliance régionale pour soutenir l’adhésion du Maroc à la CEDEAO. Celle-ci produira des études sur les impacts réels de l’entrée du Maroc dans cette communauté régionale.

L’adhésion du Maroc à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a bien obtenu l’accord de principe des chefs d’Etat de l’Afrique de l’Ouest. Toutefois, le processus se heurte encore à une certaine appréhension de certains dirigeants d’entreprises qui craignent que la compétitivité de l'économie marocaine ne porte un préjudice au jeune tissu industriel de la région. 

C’est pour lever toute équivoque sur cette situation que l’Institut Amadeus, l’Initiative de prospective agricole et rurale, et le Centre ivoirien de recherches économiques et sociales (CIRES), ont annoncé, à Abidjan, la création d’une Alliance régionale pour le suivi de l’adhésion du Maroc à la CEDEAO. «Cette démarche vise à ce que les sociétés civiles ainsi que les représentants patronaux et syndicaux puissent s’approprier les enjeux de cette adhésion de manière éclairée et objective», souligne le communiqué des partenaires.


LIRE AUSSI: Maroc-CEDEAO: Après Dakar, Amadeus et la CGEM mettent le cap sur Abidjan


A ce titre, et afin de lever toute inquiétude concernant les impacts de l’adhésion du Maroc au sein de l’espace de la CEDEAO, les partenaires de cette Alliance  vont «produire des réflexions sur les complémentarités économiques, sur les enjeux de droits et de protection de la circulation des personnes, ainsi que sur les impacts macroéconomiques et les conséquences sur les flux logistiques et le commerce ouest-africain».

En attendant, l’Alliance appelle les parties «à imaginer un cadre de négociation organisé en phases transitoires, capable de préserver les acquis communautaires dans une CEDEAO à 16», soulignant que «cet élargissement au Maroc de la CEDEAO pourrait en outre constituer l’occasion d’un approfondissement des politiques communautaires».


LIRE AUSSI: CEDEAO: les 4 chantiers prioritaires du nouveau président de la Commission


Rappelons que cette initiative entre dans le cadre de la campagne initiée par l’Institut Amadeus visant à expliquer la démarche marocaine d’intégration à la CEDEAO. Après une étape à Dakar et à Abidjan, d’autres capitales africaines seront visitées. Cette Alliance sera ainsi élargie aux pays anglophones de la CEDEAO avec notamment l’organisation prochaine de rencontres avec des centres de recherche du Nigeria et du Ghana, les deux premières puissances économiques de la région.
Le 22/04/2018 Par Moussa Diop