Fermer

Cameroun: le port de Douala se débarrasse de ses épaves

Publié le 06/06/2018 à 11h54 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Economie
Epaves de bateaux
© Copyright : DR

#Autres pays : Les responsables de la plateforme portuaire de la métropole économique ont entrepris cette semaine le retrait d’environ 80 épaves qui encombrent cette infrastructure, rendant difficile son exploitation. L’opération d’enlèvement devrait coûter environ 4,7 milliards de francs CFA.

Le ministre des Transports, Jean Ernest Ngalle Bibehe, a lancé ce 4 juin à Douala, la métropole économique, une opération d’enlèvement des épaves qui encombrent la place portuaire de Douala. Selon le port autonome de Douala (PAD), l’on dénombre 80 épaves jonchant cet espace.

Il s’agit notamment de caboteurs, de chalutiers, de remorqueurs et de vedettes abandonnés par des promoteurs tombés en faillite, en panne, ou ayant atteint leur limite de fonctionnalité. Certains encombrent la place portuaire depuis le début des années 1980. Aussi, cette opération vise-t-elle à désengorger la principale porte d’entrée portuaire du pays, voire de la sous-région Afrique centrale. Cette opération  va coûter environ 4,7 milliards de francs CFA.


LIRE AUSSI: Cameroun. Port de Kribi: le logisticien français Necotrans déclaré défaillant


«La présence des épaves affecte 30% de l’exploitation portuaire, en termes de sécurité à la navigation, de capacité d’accueil et de mise en œuvre des services divers. Elles obstruent le chenal, augmentent les risques d’accident et occupent les quais susceptibles d’être exploités.

Enfouies ou en surface, elles modifient la circulation naturelle des eaux, favorisant ainsi l’ensablement rapide des darses et réduisent la navigabilité», déclare le directeur général du PAD, Cyrus Ngo’o. La ferraille issue des épaves enlevées devrait du reste être revendue, ce qui pourrait permettre d’amortir les coûts initiaux.


LIRE AUSSI: Cameroun. Congestion au port de Douala: quand l’administration publique donne le mauvais exemple


La même opération devrait se poursuivre dans les ports secondaires de Limbe où il y a une dizaine d’épaves à enlever et au port de Tiko (16 épaves). Ces deux derniers ports sont situés dans la région du Sud-Ouest. L’opération va durer huit mois et est subdivisée en plusieurs phases: l’enlèvement des épaves en état de flottabilité après renflouement, le retrait des épaves devant être découpées dans l’eau, l’enlèvement de celles à sortir de l’eau et à mettre sur quai pour dépeçage.

Le 06/06/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell