Fermer

Lac Tchad: l’OCI engage 9 milliards de dollars

Mise à jour le 05/09/2018 à 10h33 Publié le 05/09/2018 à 09h16 Par Kofi Gabriel

#Economie
Lac Tchad
© Copyright : DR

#Autres pays : L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a engagé 9 milliards de dollars de financement dans la région du Lac Tchad. Cette région souffre de la baisse du niveau de l’eau et des attaques attribuées au groupe terroriste Boko Haram.

L’OCI poursuit son soutien aux pays du Lac Tchad (Tchad, Cameroun, Niger et Nigeria) qui font face à l'amenuisement inquiétant du lac sous l’effet de la baisse du niveau de l’eau qui a réduit de manière drastique le périmètre du lac, et des attaques répétées du groupe terroriste Boko Haram. L’institution a expliqué que «la sécurité, la stabilité et le développement de la région du Lac Tchad demeurent prioritaires pour l’OCI».

Ainsi, l’OCI a annoncé avoir engagé des financements de projets d’une valeur de 9 milliards de dollars dans la région, via les institutions affiliées à la Banque islamique de développement (BID). La moitié de ce montant ira aux infrastructures économiques et sociales et au développement du secteur privé. Ces projets visent à soutenir la résistance des populations de la région face au groupe terroriste et à lutter contre les effets de la sécheresse. En effet, plus de 20 millions de personnes vivent dans les 4 pays frontaliers du lac.


LIRE AUSSI: Maroc: une importante délégation se rend au Nigeria pour participer à la Conférence du Lac Tchad


Cette annone a été faite après la conférence sur la région du lac Tchad organisée le lundi 03 septembre courant à Berlin par la gouvernement allemand, le Nigeria, l’ONU et la Norvège.` A noter qu’en marge de ce sommet, soixante-dix Etats, organisations internationales et non gouvernementales ont promis 1,87 milliard d’euros à la région du Lac Tchad.

Par ailleurs, dans le même objectif, la BID a signé un mémorandum d’entente avec le Comité du Lac Tchad visant à sauver le lac lourdement affecté par les sécheresses et les utilisations abusives des ressources hydrauliques par l’homme.
Ainsi, entre 1963 et 2017, le Lac Tchad a perdu 90% de sa superficie. Une situation qui a eu des conséquences dramatiques sur la vie des populations riveraines.
Le 05/09/2018 Par Kofi Gabriel