Fermer

Niger: la Sonatrach découvre du pétrole à la frontière avec l'Algérie

Mise à jour le 16/11/2018 à 14h14 Publié le 16/11/2018 à 14h14 Par Le360 Afrique - Afp

#Economie
pétrole
© Copyright : DR

#Autres pays : Le Niger a confirmé jeudi soir la découverte par la société algérienne Sonatrach d'un nouveau bassin pétrolier à Kafra, à la frontière nigéro-algérienne, indique un communiqué du conseil des ministres nigérien.

"Le forage réalisé (ndlr par Sonatrach) sur le bloc Kafra entre décembre 2017 et février 2018 a permis de confirmer l'existence d'un nouveau bassin pétrolier à la frontière Niger-Algérie", souligne le communiqué du conseil lu à la télévision publique.

Le conseil des ministres a ainsi "approuvé" un avenant au Contrat de partage de production (CPP) signé en août 2015, qui permettra notamment une "estimation des réserves" et "de déterminer les quantités additionnelles à découvrir" pour "la mise en production des gisements de cette nouvelle zone", explique le texte du communiqué.

Sonatrach avait décroché en 2005 un permis de prospection à Kafra qui a mué en CPP en 2015.

En avril, le groupe public pétrolier algérien avait indiqué avoir fait une "découverte encourageante" de pétrole à Kafra, vaste de 23.737 km2, qui jouxte Tafassasset, un bloc côté algérien également exploité par Sonatrach.


LIRE AUSSI: Sénégal: 150 milliards de dollars de recettes attendus du gaz et du pétrole


Le Niger, pays très pauvre, est devenu un modeste producteur de pétrole en 2011. Pour augmenter sa production d'or noir, qui n'est actuellement que de 20.000 barils/jour, Niamey a récemment signé un accord d'exploitation d'un second puits pétrolier avec la China national Petroleum corporation (CNPC), dans l'Agadem (sud-est nigérien), où cette société extrait le pétrole depuis 2011.

L'exploitation du nouveau puits démarrera au plus tard fin 2018 et permettra au Niger de produire 90.000 barils supplémentaires par jour, donc d'atteindre une production "globale de 110.000 barils par jour", avait expliqué Foumakoye Gado, le ministre nigérien du pétrole.

Le ministre avait également annoncé pour fin 2018 le début des travaux de construction d'un oléoduc pour évacuer vers le Cameroun, via le Tchad, son pétrole brut destiné à l'exportation.
Le 16/11/2018 Par Le360 Afrique - Afp