Fermer

Cameroun: la flambée des prix du poisson préoccupe les autorités

Mise à jour le 21/03/2019 à 16h10 Publié le 21/03/2019 à 16h07 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Economie
pêche industrielle
© Copyright : DR

#Autres pays : Face à la hausse des prix et à la rareté des produits halieutiques, le ministre du Commerce a rencontré, hier, mercredi 20 mars 2019 à Yaoundé, la capitale, les acteurs de la filière pour une importante réunion de concertation.

Hier, mercredi 20 mars 2019, le ministre en charge du Commerce a tenu une réunion de concertation avec les acteurs de la filière poisson,  «au sujet des risques de perturbation de l'ordre social du fait de la flambée des prix du poisson sur le marché», tel que le mentionne un courrier adressé par le ministre au PDG de Congelcam, le principal importateur de poisson dans le pays.

Cette hausse des prix, par conséquent, pèse davantage sur le panier de la ménagère. Le prix du maquereau, l'un des produits les plus prisés, oscille entre 1000 et 1500 francs CFA chez certains vendeurs, en fonction de la taille du produit. Mais encore faudrait-il en trouver...

Cette denrée étant rare, le poisson, pourtant aliment de premier plan au Cameroun, est devenu moins présent dans les assiettes et les ménagères lui préfèrent désormais la viande de bœuf ou le poulet, jugés plus abordables.

Certains vendeurs de poisson sont même soupçonnés de créer volontairement des pénuries pour augmenter les prix ou faire de la spéculation pour leur enrichissement personnel.


>>>LIRE AUSSI: Grands Lacs: la guerre du poisson

Il faut dire que le Cameroun dépend en grande partie des importations pour faire face à la demande nationale en produits halieutiques. Le déficit de la production de poisson est estimé à 230.000 tonnes environ, pour une demande intérieure située entre 450.000 et 500.000 tonnes par an.

Ce problème a d'ailleurs déjà abordé lors du Conseil tenu par le cabinet ministériel le 29 février dernier à Yaoundé, sous la présidence du Premier ministre du Cameroun, Joseph Dion Ngute. 

Difficultés de commercialisation


Selon le Dr Taiga, ministre de l'Elevage, des Pêches et des Industries animales, si les importations de poisson restent importantes mais ont connu une baisse de l'ordre de 55% entre 2016 et 2017, en raison de l'augmentation de la production locale durant la même période.


>>>LIRE AUSSI: Mauritanie: dame nature fait exploser le prix du poisson

Dans le but de réduire cette dépendance vis-à-vis de l'extérieur, le gouvernement compte accélérer la vulgarisation à large échelle des techniques de l'aquaculture et, dans la foulée, de réorganiser les structures d'encadrement du secteur de la pêche, notamment les stations aquacoles, les centres de pêche et les postes de contrôle de la pêche.

Également envisagée, la construction de points de débarquement, avec des dispositifs de conservation et de commercialisation des produits de la pêche.

L’Etat voudrait aussi favoriser l'installation des nationaux dans les zones de pêche. Parmi les freins à la pratique de l'aquaculture dans le pays, le fait que cette pratique reste encore largement artisanale.

En cause notamment, la qualité approximative des intrants, les difficultés de commercialisation du produit et une ressource humaine de moindre qualité.

De même, selon le Dr Taiga, ministre des Pêches, l'affluence relative des investisseurs dans ce secteur d'activités peut être imputée à la position géographique du Cameroun et l'absence des courants fertiliseurs, entraînant ainsi une faible disponibilité de la ressource.

Le 21/03/2019 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi