Fermer

Afrique. Covid-19: un mois de confinement et 65 milliards de dollars partent en fumée

Mise à jour le 08/05/2020 à 15h44 Publié le 08/05/2020 à 15h32 Par Le360 Afrique - MAP

#Economie
Economie
© Copyright : DR

#Autres pays : Le continent africain perd environ 2,5% de son PIB en un mois de confinement, soit 65 milliards de dollars, selon des estimations de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA-ONU), basée à Addis-Abeba.


Lors d’un débat mondial en ligne initié jeudi par la CEA-ONU sur les stratégies de déconfinement de l’Afrique face au COVID-19, les intervenants ont convenu que «l’Afrique ne peut pas supporter un confinement aussi prolongé, d’autant plus que 40% de la population du continent se bat pour survivre au jour le jour alors que les pénuries alimentaires s’intensifient».

«Il ne s’agit pas de confinement. Il s’agit de protéger des vies. Le confinement nous coûte une somme incroyable de 65 milliards de dollars par mois. Nous ne pouvons pas nous le permettre, mais nous ne pouvons pas non plus nous permettre de perdre des vies, alors il nous faut trouver rapidement des stratégies de déconfinement qui nous permettent de renouer avec la croissance, et ce de manière durable», a relevé Mme Vera Songwe, secrétaire générale adjointe de l’ONU et secrétaire exécutive de la CEA-ONU.


>>>LIRE AUSSI: Coronavirus : les économies d'Afrique subsaharienne touchées de plein fouet

Les autres panélistes ont mis l’accent sur la nécessité d’avoir des «mesures de confinement sages qui aboutissent à des mesures de déconfinement intelligentes où les plus vulnérables et les communautés locales sont vraiment préservés en termes de qualité de vie».

Ils ont également souligné l’importance de la coopération et le multilatéralisme dans la lutte contre la pandémie, l’importance des données et de la coordination dans les stratégies de déconfinement et la nécessité de plans immédiats à court terme concernant la sécurité alimentaire, lit-on dans un document de la CEA-ONU.

Le rôle des médias a été également évoqué lors de ce débat en vue «d’informer les citoyens, de stimuler la confiance, l’optimisme et la foi parmi les populations», outre la nécessité d’une bonne gouvernance sur le continent pour gérer les ressources disponibles afin de lutter contre la pandémie.
Le 08/05/2020 Par Le360 Afrique - MAP