Fermer

Au Caire, des startups à l'assaut de la jungle des transports

Mise à jour le 03/03/2021 à 10h04 Publié le 03/03/2021 à 09h55 Par Le360 Afrique - Afp

#Economie
Au Caire, des startups à l'assaut de la jungle des transports

Swvl, une startup basée au Caire.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le Caire, mégalopole de plus de 20 millions d'habitants, connue pour ses embouteillages monstres et sa pollution atmosphérique, souffre d'une grave crise des transports à laquelle plusieurs startups ont décidé de s'atteler.

Bus polluants, en mauvais état, souvent bondés, trois lignes de métros seulement: les transports publics ne semblent pas en mesure de relever le défi. Pas plus que le système informel de minibus, microbus ou encore tuk-tuk, taxis, VTC et les myriades de véhicules individuels qui sillonnent les rues de la capitale égyptienne, sans qu'aucune estimation fiable n'en établisse le nombre.

"Le problème de la circulation routière dans le Grand Caire se traduit par une très faible vitesse moyenne de circulation, qui ne dépasse pas 10km/h", explique à l'AFP Oussama Okail, professeur à l'Université du Caire, spécialiste de la circulation.

Selon l'universitaire, les temps de trajets au Caire peuvent excéder 90 minutes, soit plus d'une journée entière sur une semaine de cinq jours.


>>>LIRE AUSSI: Egypte. Le Caire: interminables bouchons entre mulets, tuk-tuk et voitures

Du covoiturage aux informations sur la circulation en passant par les VTC, une multitude d'applications existent déjà pour aider les usagers cairotes.

Mais face à la situation chaotique, toute innovation technologique est bienvenue. Ainsi, plusieurs jeunes sociétés -- lauréates d'un récent concours de startup franco-égyptien -- se sont lancées, chacune à sa manière, dans la bataille.

- Cartographier les transports -


Parmi les projets les plus ambitieux, la startup "Transport for Cairo" (TfC) s'est lancée dans une cartographie approfondie des transports de la ville.

"En cartographiant les grandes villes et en utilisant les données pour la planification future, nous espérons un changement pour le meilleur", explique à l'AFP Mohamed Hegazy, 30 ans, directeur et co-fondateur de TfC.

Sur le terrain des équipes de TfC répertorient toutes les trajets possibles, sur toutes les distances.

Il s'agit ensuite de numériser et d'analyser les données pour optimiser la circulation et "penser au but ultime: décarboniser le secteur entier". "Tout doit être électrique", lance M. Hegazy en reconnaissant que la startup lancée en 2015 n'en est qu'à ses débuts.

"Nous travaillons avec les autorités pour changer la façon de fonctionner du système", dit-il. La Banque mondiale et le ministère des Transports égyptien soutiennent ce projet visant à planifier les transports au Caire "dans les 10, 20 ans".

De son côté, Ocra Wallet, une autre entreprise naissante, se concentre sur un autre aspect de la question des transports: les quelque 500 millions de livres égyptiennes (25 millions d'euros) qui circulent chaque jour en petite monnaie.

Khalid Khaleel, la trentaine, fondateur de cette startup lancée il y a deux ans, ambitionne de "numériser la petite monnaie en Egypte d'ici 2030".


>>>LIRE AUSSI: Egypte: l'intervieweur du chauffeur de "Tuk-Tuk" interdit de quitter le territoire


"Nous travaillons à rendre les paiements pour les transports plus faciles", dit-il en ajoutant que l'argent liquide est "dangereux", car il peut-être vecteur de virus tel le Covid-19.

Parallèlement, Ocra Wallet subventionne les prix des billets pour les usagers en vendant de la publicité aux compagnies de bus privés. "Et l'argent qui vient de cela, nous l'utilisons pour aider les usagers mais aussi les chauffeurs", dit-il.

- Touche innovante -

Dans le secteur concurrentiel du covoiturage, la startup Tink revendique une touche innovante.

"Nous avons transformé le covoiturage davantage en rencontres sociales", dit à l'AFP Adel el-Mahrouky, 38 ans, l'un des fondateurs de Tink.

La jeune société s'emploie à répondre au défi de limiter le nombre de voitures sur la route, en utilisant notamment un système de points échangeables contre de l'argent ou de l'essence, afin d'inciter les automobilistes à ne pas faire le trajet seuls.

En 2014, une note de la Banque mondiale estimait que huit milliards de dollars sont perdus chaque année en Egypte en raison des retards et des coûts des carburants.

Selon la Banque mondiale, le coût de la pollution de l'air représentait environ 1% du PIB en 2013 et la congestion est "la principale source de pollution issu des transports".

Pour désengorger, l'Etat a relancé, sous l'impulsion du président Abdel Fattah al-Sissi, la construction d'une nouvelle capitale administrative à l'est du Caire. Et les autorités construisent de vastes ponts autoroutiers à travers la ville, au risque de mettre en danger son patrimoine architectural.

Mais selon M. Okail, "la solution réside dans (une amélioration des) transports en commun".
Le 03/03/2021 Par Le360 Afrique - Afp