Fermer

Gambie: Yahya Jammeh accepte de se retirer ce soir

Mise à jour le 20/01/2017 à 20h07 Publié le 20/01/2017 à 19h57 Par Kofi Gabriel

#Politique
Banjul
© Copyright : DR

#Autres pays : De sources guinéennes officielles, Yahya Jammeh rédige en ce moment, en présence des Guinéens, un communiqué dans lequel il accepte de partir. Il n’avait plus de choix, sachant que les forces sénégalaises sont stationnées à Karang, situé à 20 km de la capitale gambienne Banjul.

Kiosque le360 Afrique: Selon dakaractu.com, citant une source officielle, «hier, lorsque les avions de chasse nigérians ont survolé Banjul et le palais du fils de Kanalaï, celui-ci a eu peur et a appelé dare-dare les présidents Alpha Condé et Mohamed Ould Abdel Aziz pour une nouvelle négociation».

Ces deux meilleurs amis ont accepté et ont rallié ce vendredi, Banjul, après avoir obtenu de la CEDEAO la suspension de l’intervention militaire jusqu’à midi.

Finalement, la dernière tentative commune des présidents guinéen et mauritanien pour convaincre Yahya Jammeh à céder le pouvoir semble avoir été la bonne, selon des sources concordantes. En effet, selon des sources guinéennes, Jammeh est en train de rédiger un communiqué pour annoncer son renoncement du pouvoir.


LIRE AUSSI :
Gambie: Aziz et Condé en mission de la dernière chance à Banjul


Ce qui est clair, c’est qu’il est obligé de revoir ses exigences à la baisse. Yahya Jammeh avait auparavant demandé «la non confiscation de ses biens et son absolution». La CEDEAO et le nouveau président s’y sont catégoriquement opposés.

Il faut souligner que la pression militaire est pour beaucoup dans le revirementYahya Jammeh. En effet, des blindés sénégalais stationnent toujours à Karang, à quelques centaines de mètres de la frontière gambienne, et n’attendent qu’un ordre pour aller déloger Jammeh du palais présidentiel de Banjul. La victoire des forces de la CEDEAO était une formalité, d’autant que les forces armées gambiennes s’étaient finalement rangées derrière le nouveau président, Adama Barrow, hormis quelques-uns de ses plus fidèles lieutenants, une poignées de mercenaires et des rebelles sénégalais du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC).


LIRE AUSSI :
Gambie: insolite. Le général Badjie, chef des armées, fête le nouveau président


Après le survol des avions de guerre nigérians et l’encerclement de son village natal, Jammeh a finalement compris qu’il ne ferait pas poids face à la CEDEAO. Ainsi, selon le site d’information sénégalais, «il pourrait abdiquer dans la soirée devant la fermeté de la CEDEAO et de la communauté internationale».
Le 20/01/2017 Par Kofi Gabriel