Fermer

Burkina Faso: ça sent le roussi entre l'opposition et le parti au pouvoir

Mise à jour le 16/02/2017 à 21h11 Publié le 16/02/2017 à 20h48 Par notre correspondant à Ouagadougou Ibrahima Zallé

#Politique
APMP
© Copyright : DR

#Autres pays : #Burkina Faso: Le mercredi 7 février , le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) livrait un mémorandum sur la première année de gestion du nouveau régime. Dans ce vade-mecum, il dépeint en noir la gestion du pouvoir. Ce dernier voit en ces critiques virulentes un appel au coup d'Etat.


Entre le parti au pouvoir et l'opposition politique burkinabè, on se regarde en chiens de faïence. Depuis la semaine dernière, c'est l'escalade verbale. D'un côté comme de l'autre, on multiplie les diatribes teintées de graves accusations.

Tout a commencé avec le mémorandum du chef de file de l'opposition, en début de semaine dernière. Ainsi dans ce mémorandum  il est indiqué que le «Le Burkina est donc piloté à vue, balloté au gré des évènements et soumis à une gestion qui donne plus la place à la réaction qu’à l’action». «La justice est en panne, la sécurité est hors de contrôle, la diplomatie est inexistante», est-t-il mentionné. A cet effet, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), qui est le parti présidentiel, pense que les critiques virulentes de l’opposition politique burkinabè contre le régime du président Roch Kaboré cachent «un agenda criminel».


LIRE AUSSI:
Burkina Faso: à la recherche de 23,5 milliards d'euros pour son émergence


En réaction à ce memo,le parti au pouvoir pense que «les couleurs funestes du paysage national dépeint par le CFOP sont destinées à créer la  chienlit pour perpétrer un putsch». Aussi il estime que la profanation du sanctuaire républicain par les fils indignes du Burkina Faso révèle un agenda criminel» dont «l’épilogue ne serait autre que la déliquescence de l’Etat en rendant la patrie ingouvernable et infréquentable pour monter le scénario du putsch». 

Selon le MPP, l’opposition dont le CFOP est à la tête est un «club de politiciens revanchards» à la «capacité avérée de nuisances». Le MPP l’accuse aussi d’avoir réussi à infiltrer «des mouvements sociaux pour étouffer l’autorité de l’Etat à force de surenchère devant précipiter le chaos généralisé».

Le 16/02/2017 Par notre correspondant à Ouagadougou Ibrahima Zallé