Fermer

Cameroun: après avoir snobé le G5 Sahel, les USA injectent 54 millions de dollars pour lutter contre Boko Haram

Mise à jour le 03/10/2017 à 18h14 Publié le 03/10/2017 à 18h02 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne

#Politique
Boko Haram
© Copyright : DR

#Autres pays : Les Etats-Unis ont accordé une aide de 54 millions de dollars aux pays en lutte contre le groupe Boko Haram. Toutefois, certains s'interrogent sur la volonté réelle de l'administration Trump de lutter contre le terrorisme après avoir snobé le sommet du G5 Sahel à New YorK.

Thomas Shannon, le sous-secrétaire américain aux affaires politiques annonce la mise à disposition par le gouvernement américain, d’une enveloppe supplémentaire d’aide d’un montant de 54 millions de dollars (30,2 milliards de F CFA) au profit du Cameroun, du Nigeria, du Tchad et d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest, engagés dans la lutte contre Boko Haram et l’Etat islamique.

Cette information est relayée par la plateforme d’informations Sahara Reporters, indiquant que l’annonce a été faite au cours d’un symposium sur le thème «Le Nigeria: défis et perspectives pour la promotion d’une paix durable», organisé récemment à Washington DC par l'Institut américain de la paix.

L’on apprend aussi qu’avec cette aide supplémentaire, l’enveloppe globale injectée depuis 2015 par les USA dans la lutte contre le terrorisme dans le bassin du Lac Tchad et en Afrique de l’Ouest en général atteint désormais la somme de 700 millions de dollars, soit près de 392 milliards de F CFA.


LIRE AUSSI : Boko Haram: Londres accorde 200 millions de livres au Nigeria


Au Cameroun, le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Louis Paul Motaze n’a de cesse de saluer l’aide américaine dans la lutte contre le terrorisme de Boko Haram.

D’ailleurs, selon ce ministre, Mme Mihaela Biliovschi Smith, employée de l’ambassade des USA au Cameroun a été l'une des premiers reporters à révéler aux yeux du monde entier, les exactions de la secte terroriste Boko Haram sur les populations camerounaises. Ses rapports auraient suscité des séances d'information au niveau du secrétariat d'Etat américain aux affaires étrangères ainsi qu'auprès du commandement d'Afrique des Etats-Unis (AFRICOM). «Par ce fait, les USA ont permis à la communauté internationale de prendre conscience des atrocités commises par cette secte barbare et de mobiliser l'aide internationale dont celle des Etats-Unis pour lutter contre les incursions des terroristes de Boko Haram».


LIRE AUSSI : G5 Sahel: la conférence de New York fait pschitt


On peut cependant s’interroger sur la volonté réelle du gouvernement de Donald Trump de participer à la lutte contre le terrorisme en Afrique. Lui qui a royalement snobé les chefs d’Etats du G5 Sahel lors du dernier sommet de l’Organisation des Nations-Unies en septembre 2017.

En effet, en quête de 423 millions de dollars nécessaires pour le financement de la force de lutte antiterroriste mis en place avec le soutien de la France, les chefs d’Etat du Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie et du Tchad ont récemment fait le déplacement à New-York. Mais Donald Trump n’a pas participé à ce débat. Et sans les Etats-Unis d’Amérique, l’aide de l’ONU est hypothétique.
Le 03/10/2017 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne

à lire aussi