Fermer

Zimbabwe: Mnangagwa, alias le "Crocodile", enfin président

Mise à jour le 24/11/2017 à 15h10 Publié le 24/11/2017 à 13h16 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Mnangagwa Président Zimbabwe. Le Crocodile officiellement investi président

Des Zimbabwéennes brandissant le portrait de leur nouveau président, quand il revenait de son court exil.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le "Crocodile" , Emmerson Mnangagwa, a longtemps attendu son heure. A 75 ans, cet ancien bras droit de Robert Mugabe vient enfin d'atteindre son but: succéder au maître jusque-là incontesté du Zimbabwe.

Trois jours après la chute du plus vieux dirigeant en exercice de la planète, M. Mnangagwa a officiellement été investi vendredi chef de l'Etat, devant des dizaines de milliers de partisans. Il y a seulement deux semaines, sa carrière politique semblait irrémédiablement brisée. Victime des ambitions politiques de la Première dame Grace Mugabe, ce cacique du régime était sèchement limogé de la vice-présidence du pays, perdant son statut de dauphin naturel du chef de l'Etat.

Sa déchéance n'aura toutefois pas dépassé deux semaines. Son éviction a provoqué un coup de force de l'armée, catégoriquement hostile à l'ascension de Grace Mugabe. Lui est resté prudemment loin de la crise, en exil en Afrique du Sud voisine.


>>>LIRE AUSSI: Zimbabwe. Mnangagwa-Mugabe: bonnet blanc, blanc bonnet

Il en est revenu triomphalement mercredi, accueilli en héros par les partisans du parti au pouvoir, la Zanu-PF, qui en ont fait leur nouveau chef. A tout un pays sorti épuisé de l'ère Mugabe, il a promis d'entrer dans une "nouvelle démocratie" et, surtout, de relever l'économie, au bord de l'asphyxie financière.

Plus qu'une revanche, son arrivée à la tête du pays constitue un aboutissement pour ce héros de la guerre dite de "libération", aux rêves de pouvoir longtemps contrariés. Dès l'indépendance du Zimbabwe en 1980, Robert Mugabe a mis Emmerson Mnangagwa sur orbite en lui confiant d'importants postes ministériels de premier plan, la Défense et les Finances notamment.

En 2004, il est victime une première fois de son ambition. Accusé d'intriguer pour le poste de vice-président, il est retrogradé dans la hiérarchie de la Zanu-PF. Et sa rivale Joice Mujuru remporte la course.

Il n'accède finalement qu'en 2014 à la vice-présidence, lorsque Mme Mujuru fait les frais d'une campagne de dénigrement orchestrée, déjà, par l'incontrôlable et ambitieuse Grace Mugabe.


Le 24/11/2017 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi