Fermer

RD Congo: un colonel congolais arrêté en Tanzanie menacé d'extradition

Publié le 01/02/2018 à 16h06 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
John Tshibangu

Le lieutenant général John Tshibangu derrière les Forces nouvelles du Congo.

© Copyright : John Tshibangu

#Autres pays : Un ex-colonel congolais accusé d'appel à la lutte armée par Kinshasa et arrêté lundi soir en Tanzanie, John Tshibangu, risque d'être extradé vers la République démocratique du Congo, a-t-on appris jeudi auprès de la FIDH, saisie par la famille du militaire.

"Il a été arrêté à l'aéroport de Dar es Salaam le lundi 30 janvier au soir et placé en garde à vue et en détention. On a été saisis par sa famille à Paris pour éviter une extradition", a déclaré à l'AFP le responsable Afrique de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme, Florent Geel.

Interrogées par l'AFP, les autorités tanzaniennes et congolaises ne se sont pour l'instant pas exprimées sur cette affaire.

"On ne cautionne pas la lutte armée de ce monsieur, mais il y a un risque pour son intégrité physique en cas d'extradition vers la RDC", a souligné M. Geel.

Ex-colonel entré en rébellion contre le régime du président Joseph Kabila depuis 2012, John Tshibangu avait menacé dans une vidéo diffusée les 18 et 19 janvier sur les réseaux sociaux "de chasser Kabila dans 45 jours, s'il ne demande pas pardon pour le massacre de catholiques qui avaient marché le 31 décembre 2017".


LIRE AUSSI: RD Congo: les catholiques veulent défier Joseph Kabila


A cette date, six personnes avaient été tuées selon l'ONU dans la répression de marches - organisées à l'appel d'un collectif de laïcs catholiques - contre le maintien au pouvoir du président Kabila au-delà de l'expiration de son mandat.

Six autres sont mortes et au moins 49 ont été blessées le 21 janvier dans les mêmes circonstances, selon la même source.

Les autorités congolaises ont fait état d'un nombre de décès bien moindre.

La RDC est minée par une crise politique aggravée par le maintien au pouvoir du président Kabila dont le deuxième et dernier mandat constitutionnel s'est achevé le 20 décembre 2016.

Des élections prévues fin décembre 2017 ont finalement été reportées en décembre 2018.
Le 01/02/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi