Fermer

CEDEAO: le Togo et la Guinée-Bissau au centre du Sommet de Lomé

Mise à jour le 31/07/2018 à 16h06 Publié le 31/07/2018 à 15h46 Par Le360 Afrique - MAP

#Politique
Faure Gnassinbe Eyadema

Faure Gnassinbe Eyadema, président du Togo.

© Copyright : DR

#Autres pays : Malgré leur taille modeste, le Togo et la Guinée-Bissau sont encore une fois les deux pays qui occuperont les travaux des chefs d'Etat réunis ce mardi 31 juillet à Lomé.


Les chefs d'Etats de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) se réunissent mardi à Lomé, capitale du Togo,  pour discuter des développements de la situation sociopolitique et économique de la sous-région.

La crise togolaise, la situation politique en Guinée-Bissau et l'élection présidentielle qui s'est déroulée ce weekend au Mali sont notamment à l'ordre du jour du sommet.

Lundi, un premier sommet conjoint cette fois entre la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) et la CEDEAO s'est penché sur les questions sécuritaires en Afrique de l'Ouest et tous les pays membres de ces deux organisations ont été invités à soutenir la force multinationale mixte du bassin du lac Tchad et la force du G5 Sahel dans la lutte contre le terrorisme.


>>>LIRE AUSSI: Togo: après les menaces du grand-frère nigérian, les négociations de la dernière chance

Dans une déclaration rendue publique à la fin des travaux, les chefs d'Etat et de gouvernement des deux organisations ont "lancé un appel à tous les Etats membres des deux communautés, dans un esprit de solidarité intercommunautaire, à apporter un appui matériel, financier, technique et en renseignements aux forces armées des Etats engagés dans la lutte contre le terrorisme dans le bassin du lac Tchad et au Sahel".

"A cet effet, ils demandent au Conseil sécurité des Nations Unies de placer la force du G5 Sahel sous le chapitre 7 de la charte des Nations unies en vue de lui assurer un financement pérenne et multilatéral", selon la déclaration lue par le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey.
Le 31/07/2018 Par Le360 Afrique - MAP

à lire aussi