Fermer

Nigeria. Présidentielle: entre Buhari et Atiku, l'ex-président Obansanjo a choisi son camp

Mise à jour le 12/10/2018 à 14h09 Publié le 11/10/2018 à 20h16 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Obasanjo

Olusegun Obasanjo, ancien président du Nigeria.

© Copyright : DR

#Autres pays : L'ex-président nigérian Olusegun Obansanjo a adoubé jeudi son ancien vice-président et principal candidat de l'opposition à la prochaine présidentielle, Atiku Abubakar, un soutien de poids malgré des années de brouille entre les deux hommes.

Il fut le vice-président d'Obansanjo pour le Parti démocratique du peuple (PDP) en 1999, mais leurs relations sont devenues exécrables quand Abubakar a voulu se présenter contre son mentor à la présidentielle de 2007.

Toutefois, la volonté d'Obsanjo de faire barrage à l'actuel chef de l'Etat, Muhammadu Buhari, qui briguera un second mandat en février prochain, semble l'avoir emporté sur les vieilles rancoeurs.

Obasanjo a déclaré dans une lettre ouverte en janvier que Buhari ne devrait pas se présenter une deuxième fois et qu'il était temps de "prendre un repos mérité".


LIRE AUSSI: Nigeria: voici l'homme qui affrontera Buhari lors de la présidentielle


"Vous avez la capacité de mieux réussir que l'actuel" président, a affirmé Obasanjo à propos de son dauphin, parlant de lui comme du "futur président" après une rencontre à Abeokuta, dans l'Etat d'Ogun (sud-ouest) jeudi.

"Comme je l'ai répété à plusieurs reprises, il ne s'agit pas tant de ce que vous avez fait contre moi que ce que vous avez fait contre le parti, le gouvernement et le pays", a déclaré l'ancien chef de l'Etat.

"Je pardonne et vous conseille sincèrement de tirer les leçons du passé, de faire ce qui est juste, et cela se passera bien pour vous", a-t-il ajouté.


LIRE AUSSI: Nigeria: l'ex-président Obasanjo lâche une bombe contre Muhammadu Buhari


Atiku Abubakar, 71 ans, qui a déjà tenté à quatre reprises de se présenter à la présidentielle au Nigeria, a été élu dimanche lors des primaires du PDP pour affronter Buhari à l'élection prévue en février.

L'ancien vice-président est un homme d'affaires qui a amassé une fortune colossale dans l'import-export, le pétrole, l'agriculture et les télécommunications.

Sa campagne pourrait être ternie par des allégations de corruption et les scandales de conflits d'intérêts qui ont émaillé sa carrière, même si aucun de ses détracteurs n'a réussi à en apporter les preuves ni à le traîner en justice.
Le 11/10/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi