Fermer

Madagascar. Présidentielle: la justice valide la victoire de Rajoelina

Mise à jour le 08/01/2019 à 16h46 Publié le 08/01/2019 à 16h20 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Rajoelina

Andry Rajoelina, vainqueur de la présidentielle à Madagascar.

© Copyright : DR

#Autres pays : La Haute Cour constitutionnelle (HCC) malgache a validé mardi la victoire de l'ancien chef de l'Etat Andry Rajoelina à l'élection présidentielle du mois dernier en rejetant toutes les requêtes en annulation pour fraude de son rival Marc Ravalomanana.

"Est déclaré élu président de la République Andry Rajoelina", a lancé le président de la HCC, Jean-Eric Rakotoarisoa, sous les acclamations de centaines de partisans de Rajoelina réunis devant le siège de l'institution à Antananarivo.

Le mois dernier, la Commission électorale (Ceni) avait annoncé la nette victoire d'Andry Rajoelina, 44 ans, en lui attribuant 55,66% des suffrages lors du second tour disputé le 19 décembre, contre 44,34% à son prédécesseur à la tête du pays.

Ravalomanana, 69 ans, avait immédiatement saisi la HCC en arguant de "fraudes massives".

Ces derniers jours, des centaines de ses partisans ont manifesté à plusieurs reprises dans la capitale malgache, malgré l'interdiction des autorités pour exiger la "vérité des urnes". Des incidents violents les ont opposés à la police.


LIRE AUSSI: Madagascar: Ravalomanana conteste les résultats de la présidentielle


Les observateurs étrangers, ceux de l'Union européenne et de l'Union africaine (UA) notamment, ont à l'inverse affirmé n'avoir observé aucune irrégularité significative lors du scrutin.

L'élection présidentielle du mois dernier s'est déroulée sans incident majeur mais elle a été le théâtre d'une lutte féroce entre Ravalomanana et Rajoelina.

Marc Ravalomanana, au pouvoir depuis 2002, avait été contraint de démissionner en 2009 face à une vague de manifestations violentes fomentées par Andry Rajoelina, à l'époque maire d'Antananarivo.

Ce dernier avait ensuite été installé par l'armée à la tête d'une présidence de transition qu'il a quittée en 2014.

Les deux hommes avaient été interdits de candidature à la présidentielle de 2013 dans le cadre d'un accord de sortie de crise validé par la communauté internationale.
Le 08/01/2019 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi