Fermer

Soudan: les saoudiens et les émiratis misent 3 milliards de dollars pour supplanter les qataris

Mise à jour le 22/04/2019 à 15h04 Publié le 21/04/2019 à 14h56 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
dollars US
© Copyright : DR

#Autres pays : L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont annoncé dimanche un soutien financier commun de 3 milliards de dollars au Soudan engagé dans une transition difficile après la destitution du président Omar el-Béchir.

Ce soutien prend la forme d'un dépôt de 500 millions de dollars à la Banque centrale soudanaise et d'une somme 2,5 milliards destinée à financer les besoins du peuple soudanais en produits alimentaires, médicaments et produits pétroliers, a indiqué l'agence saoudienne officielle SPA, sans préciser s'il s'agissait de dons ou de prêts.

«Conscient de la nécessité d'aider le peuple soudanais frère (...) et en soutien à la République du Soudan, les deux pays ont décidé de leur apporter conjointement cette aide», a écrit l'agence. Elle a également précisé que le dépôt à la Banque centrale soudanaise était destiné à soutenir la livre soudanaise, à atténuer les pressions qu'elle subit et à stabiliser son taux de change.

La valeur de la livre soudanaise s'est fortement renforcée ce dimanche sur le marché noir, le renversement du président Omar el-Béchir laissant envisager un afflux de dollars dans ce pays confronté depuis plusieurs années à des pénuries de devises étrangères.


LIRE AUSSI: Soudan. En visite à Doha, El Béchir décroche le soutien du Qatar


A travers cette aide, il est certain que saoudiens et émiratis essayent aussi de se repositionner stratégiquement au Soudan en ayant les faveurs des organes en charge de la transition politique.

En effet, l'ex-président Omar el-Béchir est un allié du Qatar et de la Turquie. Doha a joué un rôle de médiateur entre le gouvernement soudanais et les rebelles du Darfour. Quant à la Turquie, elle a obtenu de Béchir la concession de l'ile de Suakin pour y implanter une base militaire. Une présence sur la Mer Rouge qui dérange fortement les saoudiens.
Le 21/04/2019 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi