Fermer

Centrafrique: l'accord de paix entre gouvernement et rebelles "n'offre pas l'amnistie"

Mise à jour le 26/04/2019 à 15h52 Publié le 26/04/2019 à 15h50 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
DDRR centrafrique désarmement
© Copyright : DR

#Autres pays : La Présidence de la république centrafricaine a rappelé que l'accord de paix conclu à Karthoum en février avec les groupes armés était soumis à la constitution et n'accordait pas "l'amnistie", en réponse aux critiques à la nomination de plusieurs chefs de guerre à des postes gouvernementaux.


L'accord de paix "n'accorde pas l'amnistie et attache de l'importance à la lutte contre l'impunité", explique la présidence dans un communiqué publié jeudi soir.

"Les accords de paix n'ont en aucun cas valeur de traités internationaux . Ils sont au contraire soumis à la constitution", a-t-elle ajouté, soulignant néanmoins le contexte "exceptionnel" et "transitoire" de ce type d'accord.

Le 24 mars, plusieurs leaders de groupes armés qui controlent une grande partie du pays ont été nommés à des postes de conseillers militaires spéciaux à la primature dans le cadre de cet accord.


>>>LIRE AUSSI: Centrafrique: un chef de guerre investi à la tête de Bambari par l'ONU et Bangui

Depuis, des opposants politiques, ONG et chercheurs ont fait part de leur crainte d'une amnistie générale et ont vivement critiqué ces nominations.

Dans un communiqué publié mercredi, l'ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé les procureurs de la République Centrafricaine "à mener des enquêtes sur les leaders de milices récemment affectés à des postes gouvernementaux."

"Certains ont dirigé des groupes armés responsables d’atrocités généralisées au cours des dernières années, dont des crimes de guerre et de possibles crimes contre l’humanité", a déclaré l'organisation de défense des droits de l'homme.


>>>LIRE AUSSI: Centrafrique: l'épineux retour des réfugiés à Bambari

Selon elle, activistes et victimes ont exprimé de "vives inquiétudes quant à la possibilité que l’accord puisse être instrumentalisé pour exclure toute justice pour les crimes passés".

L'accord de Khartoum, soutenu par tous les partenaires de Bangui et préparé depuis 2017 par l'Union africaine, est le huitième signé depuis le début de la crise marquée par le renversement en mars 2013 du président François Bozizé.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre, qui a forcé près d'un quart des 4,5 millions d'habitants à fuir leur domicile.
Le 26/04/2019 Par Le360 Afrique - Afp