Fermer

Sahel: une base militaire émiratie aux frontières du Maghreb

Mise à jour le 16/06/2019 à 11h57 Publié le 16/06/2019 à 11h51 Par Mar Bassine

#Politique
base militaire
© Copyright : DR

#Autres pays : Le Niger a décidé d'autoriser les Emirats Arabes Unis à installer une base militaire aux frontières de l'Afrique du Nord. Or, l'implication d'Abu Dhabi dans le conflit libyen fait de cette décision une déclaration de guerre contre le gouvernement de Fayyez El-Serraj.

Depuis plusieurs mois, on prêtait aux Emirats Arabes Unis (EAU) l'intention d'installer des bases militaires dans la sous-région. Mais cette fois-ci, ce qui n'était qu'une rumeur a été confirmée par l'annonce des négociations avancées avec le Niger pour l'installation du premier camp qui sera contruit sur le territoire de ce pays d'Afrique de l'Ouest. 

C'est dans cette Afrique du Nord, aux portes de ses frères arabes du Maghreb, vers la frontière nigérienne avec l'Algérie et la Libye, que Abu Dhabi compte installer ses troupes.

De combien d'hommes se composeront-elles? Que viennent-elles faire dans ce coin perdu du continent africain? Mis à part l'implication des Emirats Arabes Unis dans le conflit Libyen, qui justifieraient que leurs hommes viennent élire domicile au Niger, peu de détails filtrent concernant ce projet bien martial.

En revanche, le projet en question est bel et bien ficelé, et il ne resterait que quelques mois avant de voir débarquer des tanks, des hélicoptères et autres avions et drones droit venus du Moyen-Orient. 


>>>LIRE AUSSI: Mali: implantation d'une nouvelle base militaire française au centre du pays

Concernant la Libye, en acceptant cette base, Mouhamadu Issou du Niger vient pratiquement de choisir son camp, car le soutien des EAU au maréchal Haftar est un secret de Polichinelle.

Niamey risque donc d'être en bisbille avec le Tripoli de Fayyez Serraj, tout en s'immisçant dans le capharnaüm Libyen. La réaction de Serraj pourrait donc consister en le fait de laisser les islamistes de la zone sahélienne, pas seulement du Niger, de se servir de la Libye comme base arrière, à l'image de ce qui existe déjà en Algérie.

Cette situation aura pour conséquence de compliquer un contexte déjà inextricable à l'heure actuelle.

Evidemment, si Khalifa Haftar réussissait à prendre définitivement le dessus sur Tripoli, la décision de Issoufou s'avèrerait un sacré coup de pocker. Mais pour le moment, on n'en est pas encore là. 

Fayyez Serraj, géostratège averti, commence déjà à brandir la menace de Daech, comme il l'a récemment affirmé dans un entretien à Sky News, où il affirme que la Libye est au bord de l'embrasement, avec l'offensive du maréchal Haftar, qui a eu pour conséquence d'avoir réveillé plusieurs cellules dormantes de l'organisation islamiste. 


>>>LIRE AUSSI: Djibouti: la Chine inaugure sa première base militaire à l'étranger

Ce qui est assez étonnant dans cette décision nigérienne, c'est que Niamey avait refusé à Rome une base militaire, officiellement pour aider le pays à lutter contre l'immigration clandestine vers l'Italie, en particulier.

Mais il semblerait que les EAU se soient montrés convainquants grâce à leur soutien financier et à la pression diplomatique de l'Arabie Saoudite, allié d'Abu Dhabi. 

Quoi qu'il en soit, le Niger est devenu le pays africain où quatre bases militiaires étrangères seront désormais installées, car la France, les Etats-Unis et l'Allemagne y sont déjà. 
Le 16/06/2019 Par Mar Bassine