Fermer

RDC. Marche interdite: une personne tuée par balle à Goma

Mise à jour le 30/06/2019 à 17h27 Publié le 30/06/2019 à 16h54 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
RDC manifestations
© Copyright : DR

#Autres pays : Une personne a été tuée par balle dimanche à Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, lors de la dispersion d’une marche de l’opposition interdite par les autorités, ont indiqué à l’AFP la police et les organisateurs.

“Une personne grièvement blessée par balle est décédée à l’hôpital”, a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police nationale congolaise Pierrot Mwanamputu.

Un policier a aussi été “blessé”, a-t-il ajouté depuis Kinshasa. “A Goma, des sympathisants ont manifesté sur plusieurs axes, réclamant la vérité des urnes et la fin de l’insécurité. La police les a dispersés, il y a eu de la résistance”, a détaillé le porte-parole.

“Certains jeunes manifestants étaient munis d’armes à feu”, a accusé le commissaire provincial de la police Placide Nyembo, joint par un autre correspondant de l’AFP à Goma.

“La police a dispersé nos militants. Ils ont tiré à balles réelles. Un militant est tombé sur-le-champ”, a ajouté à un correspondant de l’AFP le responsable jeunesse de la coalition d’opposition Lamuka à Goma, Robert Zibawanza.

Tshisekedi à contre-courant de sa promesse?

“Des jeunes en colère ont brûlé un mini-bus des transports en commun”, a-t-il ajouté. Les autorités avaient interdit les manifestations organisées à l’appel de la coalition d’opposition Lamuka ce dimanche, jour anniversaire de l’indépendance du 30 juin 1960.


LIRE AUSSI: RDC. Présidentielle: des heurts entre pro-Tshisekedi et pro-Fayulu


“Il n’y aura pas de répression. Les forces de sécurité sont formées pour maintenir la paix”, avait assuré samedi le nouveau président Félix Tshisekedi, lui-même issu de l’opposition.

À Kinshasa, la police a dispersé la marche interdite et le cortège de plusieurs centaines de personnes autour de deux opposants, l’ex-candidat à l‘élection présidentielle Martin Fayulu et l’ex-Premier ministre Adolphe Muzito.

Le chef de la police de Kinshasa Sylvano Kasongo a estimé qu’il n’y avait pas eu “d’incident majeur sur l’ensemble de la capitale”.

“Un seul individu est toujours détenu pour avoir agressé et blessé un policier”, a ajouté dans un communiqué le responsable de police dans la capitale. “Toutes les personnes interpellées ont été aussitôt relâchées.“

Des manifestations ont également été signalées dans le Bandudu (ouest), province d’origine de Fayulu et Muzito.

Le 30/06/2019 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi