Fermer

Cameroun: l'ancien patron de la Camair,Yves-Michel Fotso, sort de prison pour une hospitalisation au Maroc

Mise à jour le 20/08/2019 à 18h12 Publié le 19/08/2019 à 14h58 Par Kofi Gabriel

#Politique
Yves-michel Fotso
© Copyright : DR

#Autres pays : Alors qu'il purgeait une peine de prison à vie, l’ancien Administrateur directeur général de Camair, Yves-Michel Fotso, a été évacué vers le Maroc pour des raisons de santé. Condamné pour détournement de deniers publics, le multimilliardaire doit purger une double peine à perpétuité au Cameroun.

Yves-Michel Fotso, ancien Administrateur directeur général de la défunte compagnie aérienne camerounaise Cameroon Airline (Camair), a été évacué vers Casablanca, au Maroc, dans la nuit du dimanche 18 à ce lundi 19 août.

Fils de Victor Fotso, fondateur du groupe Fotso, il avait lourdement été condamné pour des faits de détournement de deniers publics lors de son passage, dans les années 2000, à la tête de la Camair.

L’homme purge en effet à Yaoundé une peine d’emprisonnement à perpétuité, mais serait actuellement malade, une situation qui a nécessité son évacuation au Maroc, un pays qui dispose de bonnes infrastructures sanitaires.


LIRE AUSSI: Cameroun: les comptes de Camair Co saisis en France


Des chefs d’Etat, des ministres, des guides religieux, personnalités et anonymes viennent régulièrement se soigner en terre marocaine. 

Au Maroc, l’ancien patron de la défunt compagnie camerounaise devrait y suivre des soins médicaux durant plusieurs mois.

Selon RFI, qui cite diverses sources, «c’est le président Paul Biya en personne qui a autorisé cette sortie ”exceptionnelle” du pays pour des raisons de santé».


LIRE AUSSI: Cameroun: un nouveau pilote aux commandes de Camair-Co


En juin 2019, Yves-Michel Fotso était arrivé à la Cour suprême de Yaoundé à bord d’une ambulance médicalisée du service des urgences.

Malgré son état de santé, la Cour suprême avait rejeté les pourvois dans l’affaire Cameroon Airlines volet 1 et 2, confirmant ainsi sa double condamnation à une peine de prison à perpétuité. 
Le 19/08/2019 Par Kofi Gabriel

à lire aussi