Fermer

Cameroun: la Guinée équatoriale dément construire un mur à la frontière commune

Publié le 20/08/2019 à 15h52 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

#Politique
Mur frontalier
© Copyright : DR

#Autres pays : Au sortir d’une audience avec le Premier ministre camerounais, Joseph Dion Ngute, le ministre équato-guinéen des Affaires étrangères a réfuté les informations selon lesquelles son pays érigeait un mur à la frontière entre les deux pays.

La Guinée Equatoriale dément construire un mur à la frontière commune avec le Cameroun.

«Parler d’un projet de mur, c’est un manque d’informations. Nous sommes des pays frères, nous avons des relations d’amitié et de coopération mais surtout, nous avons des relations de famille. La Guinée équatoriale et le Cameroun entretiennent de bonnes relations. Comme pays voisins, nous sommes condamnés à toujours vivre ensemble», a déclaré le ministre équato-guinéen des Affaires étrangères et de la Coopération, Simeon Oyono Esono Angue, au sortir d’une audience à Yaoundé, la capitale, avec le Premier ministre camerounais, Joseph Dion Ngute.

Porteur d’un message du président Obiang Nguema Mbasogo à son homologue camerounais Paul Biya, l’émissaire du chef de l’Etat équato-guinéen a rappelé que les deux pays ont signé un ensemble de documents permettant de résoudre pacifiquement et par voie diplomatique les problèmes qui pourraient surgir entre le Cameroun et la Guinée Equatoriale.


LIRE AUSSI: CEMAC. Libre circulation des personnes: enfin, toutes les frontières désormais ouvertes


Il s’agit notamment du traité de bon voisinage signé en 1980, et d'un accord portant création de la Commission mixte permanente de sécurité transfrontalière et le règlement intérieur du comité de suivi des questions consulaires conclu en 2012.

«Nous avons des documents signés. Nous pouvons nous asseoir au niveau des deux gouvernements pour discuter s’il y a des problèmes pour y trouver des solutions par des moyens pacifiques», a-t-il ajouté.

Fin juillet, le général de corps d'armée, chef d’état-major des armées camerounaises, René Claude Meka, s'est rendu à Kye-ossi, ville de la région du Sud du pays frontalière avec la Guinée équatoriale, pour «constater l’empiètement de la frontière» et observer «les velléités expansionnistes du voisin équato-guinéen», après un reportage diffusé en début du mois en cours à la radio nationale CRTV.

«Ils sont carrément en territoire camerounais», avait alors déclaré une autorité administrative, dans un compte-rendu diffusé sur la chaîne de télévision privée Canal 2.


LIRE AUSSI: Cameroun : la Guinée-équatoriale rouvre sa frontière terrestre


A la suite de cette visite du chef d’état-major des armées camerounaises, l’ambassadeur de Guinée Equatoriale, Anastasio Asuma-Mum Munos, avait été «convoqué» au ministère des Relations extérieures à Yaoundé, pour fournir des «explications» sur ce qui se passe «réellement» à la frontière commune entre les deux pays.

A sa sortie, le diplomate équato-guinéen avait reconnu que son pays construisait bien un mur, mais que celui-ci «n’est pas sur la frontière. C’est dans le territoire équato-guinéen».

Ce dernier avait par ailleurs réfuté les informations selon lesquelles des «soldats équato-guinéens ont traversé la frontière pour aller mettre des bornes» en territoire camerounais, affirmant qu’il est dans l’intérêt des deux pays de «consolider chaque jour des relations de fraternité».

Le 20/08/2019 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem