Fermer

Crise en Libye: les forces pro-Haftar annoncent la prise de contrôle de l’aéroport de Syrte

Mise à jour le 06/01/2020 à 18h15 Publié le 06/01/2020 à 17h57 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Haftar
© Copyright : DR

#Autres pays : Les forces du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’Est de la Libye, ont annoncé lundi être entrées dans la ville de Syrte, jusque-là sous le contrôle des forces du gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli.

Les forces pro-Haftar ont affirmé dans un communiqué avoir pris le contrôle de l’aéroport d’al-Gordabiya à Syrte, à 450 km à l’est de Tripoli, après que “la force armée chargée de protéger l’aéroport s’est rendue”.

Elles ont indiqué continuer d’“avancer avec détermination” vers le centre de la ville contrôlé par “des milices”, pour s’emparer d’autres secteurs de Syrte.

Selon les forces pro-Haftar, plusieurs combattants pro-GNA ont été faits prisonniers et leurs équipements saisis, et “les combats continuent”.

Le maréchal Haftar, qui tente depuis le 4 avril de s’emparer de Tripoli, a annoncé vendredi la “mobilisation générale” et le “jihad” contre une intervention militaire turque en Libye en soutien au GNA, reconnu par l’ONU.


LIRE AUSSI: Libye: l’Egypte met en garde la Turquie et simule une manœuvre complète de débarquement amphibie


“Nos forces ripostent aux milices terroristes loyales au criminel de guerre (Khalifa) Haftar”, a indiqué lundi sur facebook la Force de protection de Syrte, pro-GNA.

En septembre, au moins deux combattants ont été tués dans des raids aériens des forces pro-Haftar contre des troupes loyales au GNA à Syrte.

En décembre 2016, des forces pro-GNA avaient chassé de Syrte le groupe Etat islamique (EI), qui avait profité du chaos pour s’y implanter en juin 2015.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est déchirée par des conflits fratricides.

Le pays est devenu le théâtre d’une lutte d’influence entre deux camps: d’un côté, la Turquie et le Qatar, qui appuient le GNA de Fayez al-Sarraj, et de l’autre l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l’Egypte, qui soutiennent les forces du maréchal Haftar.


Le 06/01/2020 Par Le360 Afrique - Afp