Fermer

Tchad: arrestation d’étudiants qui réclamaient le paiement de leurs bourses

Publié le 11/03/2016 à 16h11 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
étudiants tchadiens
© Copyright : DR

#Autres pays : 6 étudiants tchadiens ont été arrêtés à Moundou, deuxième ville du Tchad. Les étudiants réclamaient des arriérés de paiement de bourse. Ces manifestations interviennent dans un contexte socio-économique difficile lié à la baisse des recettes pétrolières.

Six étudiants de l'université de Moundou, deuxième ville du Tchad, qui manifestaient vendredi pour réclamer leurs arriérés de paiement de bourse ont été arrêtés par la police, selon des habitants.
La police est intervenue pour disperser plusieurs centaines de manifestants qui défilaient dans Moundou, la capitale économique du pays acquise à l'opposition, et a arrêté six d'entre eux, selon les mêmes sources.


Ces arrestations ont été confirmées à l'AFP par le ministre de l'Enseignement supérieur Mackaye Hassan Taisso.
"En manifestant les étudiants étaient partis perturber les cours dans les établissements secondaires et primaires, et la police a arrêté six d'entre eux", a indiqué le ministre.
Selon lui, les étudiants en sont à leur sixième mois d'arriérés de paiement de bourse.

Cette manifestation s'inscrit dans un contexte général de protestations depuis février contre Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 26 ans, et candidat à un cinquième mandat à la présidentielle du 10 avril.
Les lycéens ont commencé à protester le 15 février contre le viol de la jeune Zouhoura par des fils de dignitaires, dont la photo nue et en larmes avait été publiée sur Facebook par les violeurs.

L'opposition politique a tenté ensuite de descendre dans la rue, mais sa manifestation a été interdite.
S'en est suivie une journée "villes mortes" le 24 février organisée par la société civile qui a connu un succès sans précédent, tant à N'Djamena qu'en province.


Enfin, jeudi, une dizaine d'associations de la société civile tchadienne réunies sous la bannière "Trop c'est trop" ont appelé la population à se servir d'un sifflet pour demander la fin de la mauvaise gouvernance et une alternance politique.


Ce mouvement intervient à un mois de la présidentielle, et au moment où le Tchad, pays producteur de pétrole depuis 2003 à la population très pauvre, subit la baisse drastique du prix du baril.

Son gouvernement fait face à de grandes difficultés de trésorerie pour payer régulièrement le salaire des fonctionnaires et les bourses des étudiants.
Il doit aussi financer des opérations militaires menées contre les jihadistes dans le nord du Mali, dans le nord-ouest du Nigeria et dans le bassin du Lac Tchad.

Le 11/03/2016 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi