Fermer

Burkina Faso: la nébuleuse de l'attaque terroriste de Ouagadougou identifiée

Mise à jour le 26/03/2017 à 13h00 Publié le 26/03/2017 à 12h58 Par notre correspondant à Ouagadougou Ibrahima Zallé

#Société
Les Attaques l’avenue Kwamé N’krumah : deux ex réfugiés maliens impliqués

Les Attaques l’avenue Kwamé N’krumah : deux ex réfugiés maliens impliqués

© Copyright : DR

#Autres pays : L'enquête de la gendarmerie burkinabè a permis d'identifier tous les acteurs de l’attaque terroriste contre le café restaurant Cappucino et l’hôtel Splendid qui a fait une vingtaine de morts le 15 janvier 2016, à Ouagadougou. Deux ex-réfugiés du camp de Mentao (Djibo), notamment, sont incriminés.

Le 15 janvier 2016, le restaurant Cappucino et l'hôtel Splendid de l’avenue Kwamé N’krumah de Ouagadougou étaient la cible d'une attaque terroriste d'une ampleur sans précédent au Burkina Faso. Celle-ci avait fait plus d’une vingtaine de morts en plus des 3 assaillants abattus.

Un peu plus de 14 mois après cette attaque, on sait désormais tout ou presque de cette opération rendue possible grâce aux soutiens de deux ex-réfugiés de la crise malienne du site de Mentao (Djibo).

Selon l’officier de gendarmerie burkinabé en charge de l'enquête, le colonel Serges Alain Ouédraogo, les deux individus du nom de Mimi Ould Baba Ould Cheich et Ibrahim Ould Mohamed ont notamment effectué plusieurs missions de repérage et acheminé les armes ayant servi à perpétrer l'attaque.

Avec l’arrestation au Mali du terrorisme Mimi Ould Baba Ould Cheikh en janvier 2017, une mission du ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure a été envoyée à Bamako. Elle a pu recueillir les aveux de Mimi Ould Baba Ould Cheikh, commanditaire principal des attaques de Cappuccino et de l’hôtel Splendid, et ceux de Ibrahim Ould Mohamed, le transporteur des armes et des équipements qui ont servi à l’attaque.


LIRE AUSSI : Mali: les jihadistes d’Al-Mourabitoune revendiquent l’attaque de Gao


En effet, «Ould Baba Ould Cheich et Ibrahim Ould Mohamed, anciens pensionnaires du site de réfugiés de Mentao, à Djibo, entendus par des enquêteurs burkinabè ont révélé leurs implications dans les attaques du 15 janvier 2016 à Ouagadougou, contre le restaurant Cappucino et le Splendid Hôtel», indique la Gendarmerie.

Mimi Ould Baba Ould Cheikh affirme qu’il a été présenté au nord Mali à Mohamed Ould Nouiny alias Hassan, adjoint de Moktar Belmoctar, responsable du groupe Al Mourabitoun. Suite à son adhésion au projet contre une promesse de 10 millions de francs CFA dont le paiement sera assuré par Abou Yahiya, responsable d’AQMI et Emir au Sahara.

La Gendarmerie a ajouté que cette opération terroriste avait été menée avec la complicité d’un individu d'origine arabe prénommé Abderrahmane et que les hommes avaient séjourné dans une auberge située dans la zone de l’avenue Kwamé Nkrumah. Durant leur séjour, ils ont visité, photographié et filmé le café-restaurant Cappucino, le restaurant «Le Verdoyant» et la devanture du Splendid Hôtel.


LIRE AUSSI : Une connexion directe entre l’attentat de Ouagadougou et celui du Grand-Bassam


S’agissant de l’armement et le matériel qui a été utilisé pour perpétré les attaques, ils ont été soigneusement dissimulés dans un pneu de camion semi-remorque que Mimi a fait convoyer au Burkina Faso par les soins de son lieutenant Ibrahim Ould Mohammed, contre une promesse ferme de se voir verser 1.5million de FCFA. Ibrahim Ould Mohammed a pénétré le territoire burkinabè le 5 janvier 2016 avec l’armement soigneusement camouflé.

Le film des attaques du 15 janvier 2016

Par ailleurs, comment de telles attaques ont pu se perpétrer sans lever le moindre soupçon? L’officier de la gendarmerie, le colonel Serges Alain Ouédraogo a retracé les faits en ces termes : «Mimi Ould Baba Ould Cheich est rentré sur le territoire burkinabè le 9 janvier 2016 avec les trois jeunes assaillants, à bord d’une berline noire immatriculée au Togo. Ils ont rallié la ville de Ouagadougou, en passant par Djibo (grande ville du Sahel burkinabè).

Du 9 au 14 janvier 2016, Mimi Ould Baba, les trois jeunes assaillants, Abderrahmane et Ibrahim Ould Mohammed ont séjourné dans une villa qu’ils ont louée à 300.000 FCFA au quartier Sanyiri de Ouagadougou. Très tôt dans la matinée du 15 janvier 2016, le lieutenant Ibrahim Ould Mohammed qui a passé la nuit à la gare de la société de transport «Staf» de Ouagadougou, a rejoint Djibo. A 19h, Mimi Ould Baba Ould Cheich déposait les trois jeunes assaillants derrière l’immeuble abritant le café Cappucino et partait lui aussi à Djibo.

Une vingtaine de personnes (des Occidentaux en majorité) seront froidement tuées, le café et des véhicules incendiés, avant que les Forces de l’ordre n’abattent les terroristes. Peu après 23h, Mimi Ould Baba Ould Cheich et Ibrahim Ould Mohamed, ont traversé la frontière burkinabè par «un chemin défilé», vers le Mali.

les  responsabilités situées

Ainsi, aujourd'hui, les enquêteurs ont-ils mis des noms sur tous les acteurs de cette attaque du Cappuccino et du Splendid de Ouagadougou en janvier 2016. 


LIRE AUSSI : Vidéo. La violence de l'attaque du Grand-Bassam captée par les vidéosurveillances


Outre le chef de l'opération Mimi Ould Baba Cheich Mohammed (arrêté en janvier 2017 au Mali) et Ibrahim Ould Mohammed, transporteur et logisticien, également impliqué dans l’attaque de Grand Bassam en Côte d’Ivoire (arrêté en 2016 au Mali), l'enquête a permis aussi de remonter la pyramide des responsables de cette opération.

Le commanditaire de l'opération est Mohammed Ould Nouiny alias El Hassan, émir du groupe terroriste Al Mourabitoune et adjoint de Mokhtar Belmokhtar. Il est activement recherché. Idem pour le superviseur de cette attaque dénommé Abderrahmane et homme de confiance de Mohammed Ould Nouiny. Quant au parrain financier de l'attaque, il est identifié comme étant Yahiya Abou El Hammam, émir du Sahara, responsable d'Aqmi.

Enfin, Sawadogo Maliki et Tiemtoré Nayabtenga dit Gourma ont été interpellés pour avoir aidé les terroristes à louer une villa. C'est aussi le cas de Maïga Alhousseeini Bocar dont le domicile a hébergé le terroriste Ibrahim Ould Mohamed à son arrivée à Ouagadougou le 5 janvier 2016 avec le pneu dissimulant l’armement pour l’attaque.
            
Le 26/03/2017 Par notre correspondant à Ouagadougou Ibrahima Zallé