Fermer

Angola: le gouvernement fait marche arrière sur le projet interdisant l'avortement

Mise à jour le 13/06/2017 à 11h54 Publié le 13/06/2017 à 11h53 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
manif avortement angola
© Copyright : DR

#Autres pays : Suite aux manifestations d'opposants au projet de loi très controversé sur la pénalisation de l'avortement, le parti au pouvoir en Angola fait marche arrière. Sous la pression de l'église, le texte réprimait les interruptions volontaires de grossesse de peines allant jusqu'à dix ans de prison.

Le parti au pouvoir en Angola a annoncé avoir fait machine arrière sur son projet de loi très controversé sur la pénalisation de l'avortement, en rétablissant finalement sa légalisation en cas de viol et de danger pour la santé de la mère.

"Nous avons décidé d'entendre la pression de la société", a justifié lundi soir devant la presse le président du groupe du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA) au Parlement, Virgilio de Fontes Perreira.

Depuis février, la réforme présentée par le MPLA pour dépoussiérer l'antique code pénal en vigueur en Angola, hérité de la colonisation portugaise, fait l'objet d'un vif débat.

La première mouture du texte adopté en première lecture par les députés réprimait les interruptions volontaires de grossesse de peines pouvant aller jusqu'à dix ans de prison mais les autorisait dans certains cas, notamment lorsque la vie de la mère est en danger ou en cas de grossesse causée par un viol.


LIRE AUSSI : Sénégal: l'avortement légalisé divise mais les femmes juristes mettent la pression


Sous la pression de l'Eglise notamment, ce texte avait toutefois été amendé pour interdire toutes les IVG.

Ce revirement a provoqué de vives critiques. La plus spectaculaire est venue d'Isabel dos Santos, fille du chef de l'Etat José Eduardo dos Santos et PDG de la compagnie pétrolière nationale.
"Je me sens humiliée en tant que femme, je suis en état de choc", avait-elle écrit sur son compte Instagram.

En mars, quelque 200 personnes avaient également défilé dans les rues de Luanda aux cris de 'liberté pour les femmes", lors d'une des très rares manifestations autorisées par le régime.

Le MPLA avait décidé de réviser son projet de loi. "Quand l'enjeu est la vie de la mère (…) son intégrité physique, quand il y a viol, alors il peut être envisagé de lever l'interdiction de cet acte", a finalement tranché M. de Fontes Perreira.

La réforme du code pénal doit être définitivement approuvée par les députés le 22 juin.

Plus de neuf Angolais sur dix sont de religion chrétienne.
Le 13/06/2017 Par Le360 Afrique - Afp