Fermer
#Société

Vidéo. Cameroun: les transporteurs routiers appellent à une grève générale

Mise à jour le 24/09/2017 à 09h34 Publié le 24/09/2017 à 08h57 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne

#Autres pays : Le débrayage annoncé pour demain lundi 25 septembre 2017 fait suite à diverses revendications. Les transporteurs routiers qui réclament la baisse du prix à la pompe du carburant protestent contre l’état des routes, cause de multiples accidents, et la profusion de transporteurs clandestins.

Les syndicats nationaux des transporteurs routiers du Cameroun annoncent une grève générale, demain lundi 25 septembre 2017. Le communiqué d’annonce, largement partagé dans les médias fait état de quatre points de discorde: la lutte contre le transport clandestin, la lutte contre les accidents de la route, l’application des conventions collectives des transports urbains, interurbains et routiers et surtout, la baisse des prix du carburant à la pompe.


LIRE AUSSI: Sénégal. Grève des transporteurs du port de Dakar : l’Etat convoque une rencontre d’urgence
 
Des points de discorde portés à l’attention du gouvernement. Dans le but de désamorcer cette bombe de trop, le ministre du Commerce, concerné par le prix du carburant à la pompe a invité les syndicalistes au dialogue. Luc Magloire Mbarga Atangana explique que depuis toujours, l’Etat subventionne le prix à la pompe. C’est pourquoi le carburant est accessible. Aujourd’hui certes, la subvention est amoindrie du fait de la chute du cours du pétrole sur le marché international. Mais, assure le ministre, c’est l’occasion pour le gouvernement d’éponger la dette de la subvention et pourquoi pas, de faire des économies supplémentaires.


LIRE AUSSI: Cameroun: les autorités en guerre contre les transporteurs clandestins

Globalement, le gouvernement reconnaît la pertinence des revendications formulées, mais invite les syndicalistes au civisme et à l’effort de guerre, indiquant que le pays doit faire face à plusieurs fronts plus urgents. Le mot d’ordre de grève n’a cependant pas encore été levé.
Le 24/09/2017 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne

à lire aussi