Fermer

Cameroun: Ségolène Royal va financer l’électrification des maternités dans certains hôpitaux du pays

Publié le 19/07/2018 à 09h16 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
Ségolène royal

Ségolène Royal, l’ex-ministre française de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, à Bangangté, au Cameroun.

© Copyright : DR

#Autres pays : L’ONG de l’ancienne ministre française de l’Environnement va débloquer la somme de 700 millions de francs CFA pour l’électrification par système solaire des maternités des hôpitaux, dans une dizaine de communes camerounaises dirigées par des femmes maires.

L’ancienne ministre française de l’Environnement, Ségolène Royal, va financer l’électrification par système solaire des maternités des hôpitaux dans une dizaine de communes camerounaises dirigées par des femmes maires, rapporte la presse nationale. «Désirs d’Avenir pour la Planète», son ONG, créée en avril 2018, va ainsi débloquer les fonds nécessaires à la réalisation de ce projet. Soit la somme de 700 millions de francs CFA, selon la même source.

Ségolène Royal a fait cette annonce la semaine dernière, en marge du deuxième Comité de pilotage national (COPIL) du programme «Femmes et énergie durable» qui s’est tenu le 12 juillet 2018 à Bangangté, dans la région de l’Ouest camerounais. Un événement dont elle était l’invitée d’honneur.


LIRE AUSSI: Cameroun. Electrification rurale: vers des systèmes solaires individuels


Ce programme vise à renforcer le Réseau des femmes élues locales d’Afrique, section Cameroun (REFELA-CAM, à travers la mise en œuvre d’actions pilotes sur l’énergie durable dans 17 communes camerounaises dirigées par des femmes maires.

L’Association internationale des maires francophones (AIMF) présidée par la maire de Paris, Anne Hidalgo, et le REFELA-CAM, présidé par la maire de Bangangté, Célestine Ketcha-Courtès, sont à l’initiative de ce programme autour duquel plusieurs partenaires nationaux et internationaux ont été mobilisés. A savoir notamment le Fonds spécial d'équipement et d'intervention intercommunale (FEICOM) du Cameroun, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et la Fondation Veolia.


LIRE AUSSI: Cameroun: un taux d’électrification cible de 50% en 2022


Ce programme s’inscrit en droite ligne des engagements pris par les autorités camerounaises pour contribuer à l’atteinte des objectifs des Accords de Paris sur le climat. Le REFELA-CAM avait déjà obtenu un premier financement de plus de 721 millions de francs CFA pour l’installation de l’énergie électrique écologique dans deux communes pilotes de l’Ouest. Financement obtenu grâce à Ségolène Royal qui présidait alors la Conférence de Paris sur le climat (COP21) en 2015.

A noter que le Cameroun compte le deuxième potentiel hydroélectrique en Afrique, après la République démocratique du Congo (RDC). Cependant, à peine 27% des ménages camerounais ont accès à l’énergie électrique, d’après des données officielles. Cette situation de précarité énergétique est davantage marquée en zone rurale qui représente environ 60% de la population totale du pays. Dans ce contexte, le programme «Femmes et énergie durable» ambitionne notamment la mise en place de solutions d’électrification durable grâce à l’énergie solaire.


Le 19/07/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell